lundi 31 octobre 2016

Maisons hantées

Une anthologie des Éditions Luciférines.


Existe en numérique à un tout petit prix.


*


maisons-hantees




Présentation de l'éditeur :
Qu’elles soient perdues au milieu des bois, héritées d’un grand oncle ou cachées dans la brume, les maisons hantées sont des motifs familiers de l’horreur. Depuis Le Château d’Otrante de Walpole et l’apparition du roman noir anglais au XVIIIe siècle jusqu’au slasher moderne, il est devenu impossible de passer à côté de ces lieux maudits où la réalité se distord.


En hommage à l’intarissable production littéraire et cinématographique qui se plaît à abandonner ses personnages entre des murs de plus en plus étroits, dix-sept auteurs ont proposé leurs huis-clos les plus angoissants. De hautes tours gothiques, un appartement d’étudiant, un motel d’où on ne revient pas… chaque nouvelle présente un édifice dans lequel il serait imprudent de s’aventurer très longtemps. Spectres, démons, souvenirs d’un autre temps et monstres cannibales ont un sens de l’accueil particulier… Alors, comme le disait si bien Dante : Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance…


Des textes inquiétants, violents, insolents, qui n’hésitent pas à s’amuser de nos peurs les plus profondes.



Sommaire :

  • Jeux d’enfants, Floriane Soulas

  • Motel K, Yann Isoardi

  • Annabelle, Jean-Charles Flamion

  • Le murmure des pierres, Chris Vilhelm

  • Préservons l’éternelle fontaine, Raphaël Boudin

  • Amphytryon, Quentin Foureau

  • 65 de la rue Bouscarrat, Jérémy Bouquin

  • Kolka, V.F.F. Pouget

  • 145 rue Lafayette, Antoine Techenet

  • Classifié, Emmanuel Delporte

  • Métafiction, Mahaut Davenel

  • Dans le placard, Hélène Duc

  • Cambrousse Punk, Mickaël Feugray

  • Iravel, Vincent Tassy

  • Les Murs de Blackat, Nicolas Saintier

  • La Vénus aux épines, David Mons

  • Dehors il neige, Bruno Pochesci


*


La maison hantée a posé ses fondations dans notre imaginaire collectif il y a longtemps et de nombreux auteurs nous ont entraînés dans de sombres corridors, à pas lents ou courses effrénées sur le parquet grinçant, emprisonnant nos peurs les plus instinctives dans ces lieux cauchemardesques. C’est quelque chose que l’on connaît, mais dont on ne se lasse pas.
La maison hantée, aux murs suintants de souvenirs plus ou moins effroyables, nous renvoie les images de nos propres peurs domestiques. Elle est un classique de l’horreur car elle détourne le symbole bienveillant du refuge, que tous nous cherchons à un moment ou un autre de notre vie, pour en faire une prison. Ce constat seul augmente l’angoisse et la pression pesant sur le cœur du lecteur.
Évidemment, avec un tel sujet, on craint le déjà vu. Je vous rassure tout de suite, les textes qui composent cette anthologie, s’ils sont basés sur des motifs connus, n’en sont pas moins imaginatifs et font preuve d’une belle diversité de genres et d’approches. Pour preuve de la variété des récits, on a même du post-apo. Qui plus est, l’anthologiste a su les répartir avec intelligence. La peur va crescendo, mais connaît des moments de latence.
La lecture n’a cessé de me surprendre, tout en me mettant très mal à l’aise. Maisons hantées est un excellent ouvrage. Bien entendu, j’ai été plus sensible à certains textes que d’autres, mais ils sont égaux en qualité. Les auteurs n’ont pas choisi la facilité et je les en félicite. Lire cette anthologie est une bonne occasion de découvrir de nouvelles plumes.
On nous emmène du fantastique à l’horreur, de l’angoissant au gore. Il y a quelques textes vraiment crades mais, pour tous ceux qui comme moi ne sont pas friands d’hémoglobine, sachez que si j’en suis sortie sans aggraver mes insomnies, vous le pouvez également.
L’ouvrage s’ouvre sur Jeux d’enfants, une histoire classique, avec toutefois une petite originalité qui m’a séduite. La narration puzzle fait monter le suspense et l’angoisse même si on anticipe les événements. C’était un très bon texte pour se mettre dans l’ambiance.
À partir de là, l’effroi jouera au yoyo avec votre estomac, vous laissant juste le répit nécessaire pour que vous acceptiez de prolonger votre plongée dans les abysses. Et c’est bien pire quand on devine ce qui va advenir… J’ai été traumatisée par Dans le placard, je me suis perdue dans les méandres d’Iravel et du 145 rue Lafayette, Parfois, j’ai fui aussi prestement que ma vitesse de lecture le permettait, mais je suis tombée de Charybde en Scylla.
J’ai beaucoup apprécié l’angle d’attaque de Raphaël Boudin dans sa nouvelle Préservons l’éternelle fontaine. De même, j’ai trouvé La Vénus aux épines de David Mons particulièrement glauque et originale.
Je ne vais pas évoquer tous les textes dans le détail, même si d’autres m’ont marquée. Il est toujours assez difficile de parler de nouvelles sans trop en dévoiler. Mais j’espère avoir aiguisé votre curiosité.
Fantômes vengeurs ou esprits mélancoliques, maisons maudites ou gloutonnes, obsessions, menaces qui planent dans les murs ou présences malveillantes… Que la nouvelle soit cynique et sans espoir, affreusement clinique ou ignominieuse, vous tournerez les pages avec fascination.
Je suis contente d’avoir attendu la période d’Halloween pour lire cette anthologie. C’est un ouvrage à découvrir.


*


JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

4 commentaires:

  1. Je rédige justement mon article au sujet de ce livre, que je ne sais pas trop traitée car j'ai trouvé de grandes disparités entre les qualités littéraires des auteurs. Ce qui n'est pas juste pour eux, je suis donc ravie de lire un autre avis que le mien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça c'est le risque avec les anthologies... Pour ma part, même s'il est clair que certaines m'ont plus marquée que d'autres, je n'ai pas trouvé une trop grande disparité entre les nouvelles. Mais peut-être n'avions-nous pas les mêmes attentes. ;) Je lirai volontiers ton avis.

      Supprimer
    2. Oui, c'était un peu une découverte pour moi. Je pense que je n'ai tout simplement pas choisi le bon livre, cela arrive. Mais je salue vraiment les maisons d'éditions qui font de tels appels à textes.

      Supprimer
  2. […] d’Anthelme Hauchecorne – La boîte de Schrödinger spéciale Halloween (anthologie) – Maisons hantées […]

    RépondreSupprimer