vendredi 22 avril 2016

Le retour d'Antoinette

Une BD d'Olivia Vieweg publiée chez EP média.


*


le_retour_d_antoinette_olivia_vieweg




Présentation de l'éditeur :


Un roman graphique sarcastique et surprenant sur le harcèlement à l’école. La révélation de la jeune artiste allemande Olivia Vieweg et de son style naturel et dépouillé.


Antoinette doit y retourner une fois encore.
Retourner dans son village natal.
Retourner dans l’ombre des forêts et des maisons à colombages.
Retourner sur les lieux de ses tourments et humiliations.
Une dernière fois…
Retourner en enfer.



Antoinette semble avoir bien réussi sa vie. Elle habite à Los Angeles, travaille pour une agence de publicité en vogue, a épousé un acteur populaire… Alors pourquoi ment-elle à tout le monde sur sa nationalité ? Et surtout pourquoi sa manie de regarder sur le net les images de son village natal vire-t-elle à l’obsession ?
Elle s’est juré de ne jamais retourner en Allemagne, cependant il est temps pour elle d’affronter son passé et d’exorciser de vieux fantômes.
Cette bande-dessinée traite d’un sujet délicat et d’actualité : le harcèlement scolaire. Des années après les faits, et malgré sa réussite sociale, les blessures d’Antoinette ne sont pas cicatrisées. Elle revient sur son parcours et les souvenirs se superposent au présent pour raviver le dérangeant contraste entre les deux. Les anciens bourreaux de la jeune femme semblent des gens tout à fait banals, ils ont à peine conscience de ce qu’ils lui ont fait. Depuis longtemps, les faits se sont atténués dans leur esprit et ils se sont trouvé des excuses. Comme si de rien n’était, ils l’accueillent à bras ouverts, comme une vieille amie. Après tout, n’est-elle pas devenue quelqu’un qu’on pavoise de connaître ? Leur attitude est glaçante et Antoinette semble pétrifiée par ce contraste…
Cela crée une atmosphère des plus bizarres. On ressent le malaise de la jeune femme, on voit combien elle a souffert. On voudrait qu’elle se rebelle… Mais plus les pages défilent, plus on se rend compte qu’elle est quand même un peu louche… Je ne savais plus trop où j’allais alors que je découvrais, stupéfaite, l’étendue des dégâts et leurs conséquences.
Il y a une large part de fantasme dans ce récit. Qui, ayant été malmené durant l’enfance par ses camarades, n’a pas rêvé d’une réussite éclatante qui leur clouerait le bec ? Qui n’a pas rêvé de se venger également… Et jusqu’où peut-on aller pour se sauver et oublier ? On peut interpréter les choses de manières très différentes et la façon de traiter le sujet n’y est pas étrangère. Je n’ai pu m’empêcher de songer à une légende allemande très connue et de voir un peu de fantastique dans cette histoire. Mais rien n’est certain et j’avoue que cela me plaît.
J’ai aussi été séduite par le graphisme. Au départ, c’est la couverture qui m’a attirée. Une belle illustration, très colorée, avec des coquelicots et cette vision, comme un reflet sépia, superposé devant les yeux du personnage… Par contre, j’ai été surprise quand j’ai zieuté les planches. La colorisation est très différente. Du noir, du blanc, du jaune et des myriades de tons ocrés. Cela rappelle parfois cet aspect sépia que j’aime bien, propre aux souvenirs, mais les couleurs sont vraiment très particulières, un peu nauséeuses en fait. Elles évoquent autant le passé que le mal-être.
Le retour d’Antonette se lit très vite. La BD fait environ 80 pages et il y a peu de texte. Ceci dit, j’ai passé un excellent moment avec cet album. Outre la façon dont l’auteur a travaillé son sujet, j’ai apprécié l’ambiance, bien qu’elle soit un peu glauque. L’ambiguïté des dernières planches a achevé de me convaincre. Cette BD est vraiment particulière, dans le fond comme la forme, cela la rend fascinante.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire