mardi 31 décembre 2019

Bilan 2019

Mine de rien, mon année livresque a été bonne, même si je lis moins qu’avant et qu’elle ne s’est révélée que dans sa seconde moitié.
J’en suis d’autant plus contente que mes coups de cœurs sont très différents les uns des autres et que ce sont les ouvrages d’auteurs que je ne connaissais pas.

Ils sont présentés dans l’ordre de lecture.

Chroniques Verticales de Laurent Copet
J’ai été happée par ce feuilleton dont la première saison compte six épisodes et j’attends désespérément la suite.
Imaginez un clan d’alpinistes. Ils avancent sans relâche sur une falaise, poursuivis par le néant, avec l’espoir insensé d’atteindre un jour le sommet. Je vois ton regard, toi qui te caches derrière ton écran. Tu te dis qu’il n’y a rien de passionnant là dedans. Tu te trompes. Tu n’imagines pas tout ce qu’il peut se passer sur cette falaise.
Dans ce clan composé de cordées, chaque famille a une fonction. On apprend à les connaître, on découvre leurs traditions, leurs croyances, les dangers qui les guettent… On ne peut que s’attacher aux personnages et s’impliquer dans leur histoire.

Les Filles du Nord de Mélody Gornet
Ce très beau roman parle de reconstruction, de fragilité, d’acceptation de soi et d’amitié.
Madison est partie étudier en Écosse dans ce qui s‘apparente plus à une fuite qu’un plan d’avenir. Elle est dans un état psychique très fragile, au bord de la rupture. Ses repères se sont brouillés et elle surnage tant bien que mal dans l’existence jusqu’à ce qu’elle rencontre Fern et Arbor. Avec eux, Madison va réapprendre à vivre.
Raconté comme ça, vous vous dites que c’est cucul. Non, vraiment pas. C’est une belle histoire, ni trop glauque ni niaise.

Dans l’Ombre de Paris de Morgan of Glencoe
Un peu compliqué à résumer celui-ci, alors je ne vais pas m’y risquer.
C’est indéniablement ma plus belle lecture de l’année. J’ai découvert un univers passionnant, des personnages très attachants et une autrice que j’aurai plaisir à relire tant elle me semble être une belle personne.

Les Ombres d’Esver de Katia Lanero Zamora
C’est le roman d’une émancipation, celle d’une jeune fille qui a grandi entre les grilles d’un domaine périclitant, sous la coupe d’une mère très autoritaire. Cette dernière n’a qu’un but : faire entrer sa fille dans la plus prestigieuse école de botanique du pays. Mais Amaryllis n’a pas les mêmes ambitions et semble sombrer dans la folie.
À mi-chemin entre le roman gothique et le conte fantastique, ce récit se révèle des plus symboliques. Et ça fait plaisir de voir ces genres, souvent réservés à un public de connaisseurs, rendus accessibles à une plus jeune génération.

Passing Strange d’Ellen Klages
J’ai aimé la magie douce et la poésie de ce roman, les personnages que l’on apprend à connaître en si peu de pages et découvrir le contexte historique qui les entoure.

J’espère que votre année livresque a été bien remplie et vous souhaite de belles lectures pour 2020.
Pace e Salute.

samedi 14 décembre 2019

Wicca - Le manoir des Sorcelage

Un roman de Marie Alhinho, publié chez Poulpe Fictions.

Présentation de l'éditeur :
De la sorcellerie, des esprits d'antan, un démon maléfique... Découvrez le quotidien de la famille Sorcelage !
Dans la campagne perdue du Berry, où vivent encore les créatures d'antan, les Sorcelage sont loin d'être une famille ordinaire ! Avril et Octobre, comme leurs ancêtres avant eux, pratiquent en secret la Wicca, une forme de magie naturelle et bienveillante. Lorsque le cercle de pierres magiques qui protège la région est brisé, ils doivent compter sur leur meilleure amie Nour et le feu follet H pour empêcher d'anciens démons de resurgir...
Avril et Octobre Sorcelage vivent dans un vieux manoir tout en grincements et passages dérobés, planté en haut d’une colline dans un petit village du Berry. Si Avril est une fonceuse, son frère est plus posé, mais ils partagent un trait commun : ce sont des sorciers, comme tout le reste de leur famille.
Les Sorcelage pratiquent une magie naturelle et bienveillante. Les pouvoirs d’Avril sont liés à la terre, ceux d’Octobre aux émotions. Pour autant, les deux jeunes gens sont des gamins comme les autres. Ils vont à l’école, ont une meilleure amie qu’ils aiment bien effrayer même s’ils lui cachent leur secret, en bref ils mènent une vie aussi normale que possible. Enfin, c’est le cas jusqu’à ce qu’un incident vienne bouleverser leur quotidien.
Ce roman est charmant parce qu’il est à la fois simple et original. Simple dans le sens où il ne cherche pas à vous en mettre plein les yeux avec une magie outrancière, les personnalités des personnages sont mises en avant, pas leurs dons, et il est original parce qu’il se déroule dans un cadre rural. On ne peut pas dire que ce soit monnaie courante et c’est rafraîchissant. On peut facilement s’identifier à ces jeunes ados. Avril a du caractère, mais des complexes, Nour est intelligente et timide, Octobre sensible et fantasque. Ce sont des personnages attachants et positifs. Ils commettent des erreurs et tentent de les réparer. Ils sont humains en somme et pas des parangons destinés à être admirés et inégalables comme on en trouve souvent dans la littérature pour la jeunesse. 
L’histoire est relativement simple, mais amusante grâce aux éléments magiques et aux créatures fantastiques qui la peuplent, et surtout elle porte de bonnes valeurs. Elle incite à la bienveillance, pas seulement envers les autres mais aussi envers soi-même. À mon sens, c’est une notion importante à l’adolescence.
Ce roman est le deuxième de chez Poulpe Fictions que je lis et certainement pas le dernier. Outre la qualité et l’originalité de leurs publications, j’apprécie les petites illustrations qui parsèment les pages. Cela a l’air superficiel et pourtant ça apporte un vrai plus, ça rend la lecture plus vivante. On a tous un jour griffonné dans les marges de nos cahiers et c’est cela que ça me rappelle.


mardi 3 décembre 2019

Caligo Lane

Une nouvelle d'Ellen Klages, publiée en numérique chez ActuSF.

Cette nouvelle se situe dans l'univers de Passing Strange.

Présentation de l'éditeur :
1940 : L’ori-kami permet de replier l’espace sur lui-même pour en relier deux points.
À San Francisco, Franny maîtrise cet art et compte l'utiliser pour ramener sa sœur, prisonnière de cette guerre mondiale qui ravage l'Europe.
Mais la magie suffira-t-elle face à l'horreur ?

Cette très courte nouvelle prend naissance dans l’univers de Passing Strange. Elle peut toutefois être lue et appréciée sans connaître le roman.
On y retrouve Franny, un des personnages secondaires de Passing Strange. J’ai une certaine affection pour cette femme généreuse, bienveillante et sagace. Cependant, le fait que les autres femmes de son cercle soient absentes m’a causé une petite déception. Pas d’Helen ni de Polly et, surtout, pas de Babs. Mais bon sang, où est Babs ?!
Cela étant, la nouvelle est magnifique et montre bien qui est Franny. L’autrice développe la pratique magique de son personnage, que l’on a pu entrapercevoir dans le roman, en nous la faisant vivre dans toute sa poésie. C’est un texte très émouvant dans lequel une femme tente d’en sauver d’autres et particulièrement sa sœur, quitte à accepter de faire de gros sacrifices pour cela. Et c’est magnifique de la regarder faire.
La magie de cette nouvelle est belle, puissante et évocatrice, elle happé le lecteur qui ressent autant que Franny le poids de l'urgence, qui se tend avec elle vers ce but incertain… et espère.
Je souhaitais me consoler d’avoir fini Passing Strange, mais je n’en suis que plus nostalgique.

lundi 2 décembre 2019

Passing Strange

Un roman d'Ellen Klages, publié chez ActuSF.

Présentation de l'éditeur :
San Francisco, 1940. Six femmes, avocate, artiste ou scientifique, choisissent d’assumer librement leurs vies et leur homosexualité dans une société dominée par les hommes. Elles essayent de faire plier la ville des brumes par la force de leurs désirs… ou par celle de l’ori-kami. Mais en science comme en magie, il y a toujours un prix à payer quand la réalité reprend ses droits.
Ellen Klages est une autrice américaine d’imaginaire qui vit à San Francisco. Passing Strange, a été finaliste du prix Nebula avant de remporter les World, British Fantasy et Gaylactic Spectrum Award 2018.
Choisir un livre est un pari. Tout lecteur sait qu’il peut parfois ouvrir un ouvrage et ne jamais y entrer ou au contraire tomber dedans dès la première phrase. La raison de cette intimité immédiate peut lui apparaître évidente ou impossible à définir, même une fois la dernière page tournée. Quelle importance de savoir pourquoi on a aimé un livre, pourquoi on a su dès les premières lignes qu’on l’aimerait ?
Cela m’est arrivé avec Passing Strange. Je suis entrée dans cette histoire comme une invitée dans une maison accueillante. C’était confortable et familier, même si j’y venais pour la première fois. Il faut dire que le réalisme magique, comme le fantastique, c’est ma came. Si le second est sombre et introspectif, le premier est plus optimiste ou en tout cas plus ouvert. Lire du réalisme magique, surtout à l’américaine, c’est voir d’un coup l‘horizon s’ouvrir sur un champ de possibilités immense... et souvent aller vers la plus farfelue. La magie discrète qui caractérise ce genre est facile à accepter, banale et habile à la fois. Elle ne prend pas le pas sur l’intrigue, elle s’y mêle naturellement.
Ici, la magie agit sur l’espace et le temps, elle plie le monde pour qui sait la manier. Elle est un art délicat, presque anodin. Ce sont les détails, la persévérance et la finesse, autant mentale que gestuelle, qui peuvent comme un rien changer le cours des choses. Et l’art, bien sûr, que serions-nous sans art ? Ne naît-il pas de notre capacité à nous émerveiller, à voir au-delà des choses, de notre besoin de créer ?
Passing Strange est un roman nimbé de magie où il fait bon flâner malgré les injustices dont il nous rend témoins. Il nous ramène à l’aube de la seconde guerre mondiale, à San Francisco, dans le sillage de six femmes d’âges variés. J’ai adoré les suivre, les voir évoluer, apprendre à leurs côtés ce qui caractérisait leur époque. Je me suis passionnée pour leur vie, insurgée de découvrir comment ces femmes intelligentes et dotées d’un tel appétit de vivre étaient fustigées par la société. Pourtant, ce n’était pas une surprise.
Néanmoins cela paraît toujours aberrant de se dire qu’une femme pouvait être arrêtée si elle ne portait pas au moins trois vêtements féminins. À notre époque où l’homophobie est malheureusement encore bien présente, on se rend malgré tout compte que du chemin a été parcouru. Enfin, dans certains pays…
Mais revenons aux femmes qui font ce roman. Il y a Franny, cartographe et magicienne, qui fait office de fil de trame entre ces femmes, et Babs, sa compagne, la mathématicienne. Il y a Helen, américaine d’origine japonaise qui doit danser pour gagner sa vie malgré ses diplômes. Il y a Emilie qui a fui sa riche famille et Haskel l’artiste. Enfin il y a Polly, seize ans, que son père a voulu protéger des conflits qui font rage en Europe. Elles sont toutes attachantes, brillantes, volontaires. Comment ne pas vouloir le meilleur pour elles ?
J’aurais bien passé davantage de temps avec elles. J’ai particulièrement aimé la personnalité d’Helen et sa finesse d’esprit. La façon dont elle a choisi de clore cette histoire est un tour à sa mesure. Emilie et Haskel sont aussi très émouvantes.
Passing Strange parle de magie et de science, d’amitié et de désir d’émancipation, mais c’est aussi une très belle histoire d’amour.
Le seul reproche que je pourrais faire à ce roman est le nombre assez impressionnant de coquilles : mots absents, en double ou à la place d’autres. C’est fort dommage. Cependant, cela n’empêche pas d’apprécier cette belle histoire que j’ai quasiment lue d’une traite tant elle m’a plu.
Et maintenant je vais me consoler d’avoir fini ce roman avec la nouvelle spin off : Caligo Lane.

mercredi 27 novembre 2019

Challenge madeleine de Proust - Saison 2 !

Il est de retour ! Le challenge hivernal idéal pour les nostalgiques et les rêveurs !
C'est organisé par Lune d'un Papillon dans la Lune, ça se passe du 1er décembre au 31 janvier et c'est magique parce que ça te permet de lire, voir, écouter, cuisiner... du moment que ça ravive d'heureux souvenirs. Mais elle l'explique mieux que moi :
Je vous propose de lire, relire, voir, revoir, jouer, rejouer, écouter, réécouter, cuisiner (oui !!) pendant la période du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020. On inclut tout ce que vous voulez (livre, film, série, jeux vidéos ou pas, et même musique, ou recettes !) et qui vous rappelle soit votre enfance soit des supers souvenirs plus tardifs.
L'an dernier, je n'ai pas eu le temps de faire tout ce que j'avais prévu pour ce challenge. J'ai gardé ma liste dans l'espoir que nous aurions droit à une saison 2 et je suis impatiente de commencer.
J'ai choisi le niveau marron glacé, soit trois chroniques minimum. Cette année je me vautre dans le sucre !

Viens nous rejoindre, ça va être sympa !

lundi 25 novembre 2019

La Mythologie Viking

Un livre de Neil Gaiman, publié aux éditions Au Diable Vauvert.


Si vous avez déjà lu Gaiman, vous savez que son inspiration se nourrit de mythes, de légendes et de contes. Il puise avec facilité dans le grand chaudron de notre imaginaire et trouve toujours le moyen de rendre ce qu’il en extrait à la fois familier et original. La mythologie nordique a une place très particulière dans ses univers, c’est sans doute pour cela qu’il a eu envie de conter à sa façon ses mythes préférés.
Sur le groupe de fans de Gaiman, quelqu’un dont j’ai oublié le nom (désolée), a comparé ce livre à des covers de ses chansons préférées, disant que c’était bien, mais qu’il préférait quand même les versions originales. Cette comparaison est assez parlante. Si vous connaissez déjà ces mythes, vous aurez le plaisir de les retrouver. Sinon, vous pourrez les découvrir dans une version un peu simplifiée mais néanmoins élégante. C’est un bon livre pour une première approche de la mythologie nordique, mais pas pour découvrir l’écriture de Gaiman.
Ces mythes choisis sont bien entendu contés du Commencement au Ragnarök, l’auteur induisant une légère progression au fil des histoires qui nous montre comment les dieux en sont arrivés là.
Gaiman sait raconter. Il n’enjolive pas les mythes, mais il les a tant intégrés à son imaginaire qu'ils font partie de lui. Il sait les partager et les faire vivre. Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est justement la très légère subjectivité dont a fait preuve Gaiman. Il n’a rien changé, pourtant on voit ce qu’il voit, on comprend ce qu’il a compris.
J’ai aimé redécouvrir ces mythes bien connus à travers son regard. Cela ne m’a fait que réaliser davantage pourquoi je l’aime tant. Il laisse sa sensibilité transparaître dans ces récits. J’ai notamment beaucoup apprécié sa vision de l’histoire de Fenrir et ne m’en suis pas étonnée. Sa façon de percevoir cette histoire explique en grande partie pourquoi j’aime autant l’homme lui-même que ses écrits.
Gaiman fait partie de ces écrivains face auxquels il n’y a que deux attitudes possibles : soit vous passez totalement à côté et vous ne comprenez pas ce que ses fans lui trouvent, soit vous en tombez irrémédiablement amoureux parce que sa sensibilité fait écho à la vôtre.
Il y a quelque chose dans ce qu’il raconte, quel que soit le texte, qui me parle et m’amène toujours à me sentir mieux, comme si j’avais besoin qu’on me raconte ces histoires. J’ai retrouvé un peu de ça dans ce livre, même si c’est en moindre mesure en comparaison de récits plus originaux.


La BBC a produit une adaptation radiophonique de certains de ces mythes. Elle repasse de temps en temps sur BBC 4, mais on peut se la procurer en version CD ou en numérique sur des sites comme Audible et Kobo (à ne pas confondre avec l’audiolivre lu par Gaiman). Comme d’habitude, elle est très bien faite. La mise en scène qui permet de lier les mythes choisis entre eux est charmante. Les acteurs sont excellents. C’est toujours un plaisir d’écouter ces adaptations. Si vous compensez bien l’anglais ou si vous voulez vous y exercer, je vous la conseille.

samedi 23 novembre 2019

Klaus


Jesper est un jeune homme beaucoup trop gâté que son père désespère de mettre au boulot. Pour le punir autant que pour lui apprendre la valeur du travail, il l’envoie créer un réseau postal sur une île perdue et sinistre dont les habitants, divisés en deux clans, passent leur temps à se battre.
Pour avoir le droit de rentrer et de retrouver ses draps de soie, il doit distribuer six mille lettres. Cependant la faune locale est tout sauf coopérative… Pour se sortir de ce pétrin, Jesper va devoir se montrer très inventif.
Jesper est l’un de ces anti-héros que l’on aime moquer, du moins au début. Il est fainéant, roublard, pleurnicheur… Cela le rend souvent très drôle. On ne compatit pas vraiment à ses ennuis parce que quand même il les mérite. Cependant, on finit par s’attacher à lui car, bien sûr, il n’est pas si mauvais.
Et puis il y a les autres personnages, tous aussi bien construits. Les chefs de clan qui comptent bien perpétuer une longue tradition de querelles, l’ex institutrice blasée qui s’est reconvertie en poissonnière et surtout le mystérieux Klaus qui vit seul dans les bois. Tous sortent des sentiers battus et c’est une bouffée d’air frais.
Ce dessin animé est un petit bijou d’intelligence et de beauté. L’histoire est jolie, jamais mièvre, elle est pleine d’un humour plutôt caustique. Tout est toujours pris à contre-pied et donne aux traditions qui entourent noël des explications aussi cocasses qu’originales. C’est toujours bien trouvé et amusant. 
L’animation est superbe. Il y a une fluidité et une chaleur particulière dans ces images qui rendent le visionnage très agréable.
Klaus n’est pas un récit de noël plein de bons sentiments, pourtant c’est une belle histoire où l’égoïsme devient altruisme, où une bonne action en entraîne d’autres en avalanche et c’est, avant tout, une belle histoire d’amitié. J’ai adoré.
Si vous ne devez regarder qu’un dessin animé de noël cette année, c’est celui-ci !

mardi 19 novembre 2019

Ciao Bella, la vie l'emportera

Un roman de Mélinda Schlige.

Présentation de l'éditeur :
Ingénieur, Benjamin se révèle incapable de réagir à un projet visant à déverser des drones autonomes au cœur des villes. Il pressent que le programme est un danger pour les populations, même si l'engin doit bénéficier de son propre réseau, mais il est entravé par le poids du suicide de sa tante, et son enthousiasme pour la haute technologie a pris fin en Afghanistan, où il a appris à ses dépens qu'un esprit malveillant peut transformer le drone en arme. Les intérêts de Buleo, son entreprise, et ceux du ministre des transports, ou même ceux de Tanya, sublime arriviste en charge de la communication du projet, sont autant d'obstacles à franchir, et les stratagèmes qu'il imagine ne suffisent pas à ébranler une machinerie bien huilée, soi-disant au service de tous. Parallèlement, Habib Khan, l'Afghan à l'origine du drame qu'il a vécu en Afghanistan, poursuit ses manœuvres pour parvenir à utiliser le Junction à des fins de vengeance. Il compte sur son frère Mahdi, et sur sa femme Asima, réfugiés en France, avec qui il a engagé une lutte contre les talibans ? Benjamin parviendra-t-il à recouvrer l'envie de se battre ? En aura-t-il les moyens ? Sera-t-il de taille face à l'ambition démesurée des Français, et à la détermination de Khan ?
Benjamin est ingénieur dans le domaine des drones. Un projet de son entreprise le ramène sur ses terres natales et ses souvenirs commencent à s’entrechoquer. De vieilles hantises remontent à la surface. Tout d’abord le suicide de sa tante Emma. Il ne s’est jamais remis de la mort de cette seconde mère dont l’influence pèse encore sur son existence. Et puis il y a son travail et le développement de drones urbains destinés aux commerçants et aux particuliers pour les livraisons de proximité. Benjamin a un jour accordé sa confiance à la mauvaise personne et s’est rendu complice d’un effroyable crime. Il craint plus que tout que ses créations soient de nouveau dévoyées pour servir les objectifs de personnes sans scrupules. Mais jusqu’où devra-t-il aller pour empêcher cela ?
Ciao Bella est une fiction spéculative où l’anticipation est légère mais pose de nombreuses questions morales concernant l’usage des technologies et leurs dérives. C’est un problème très actuel. Nous savons tous qu’en ces temps incertains ce que l’on crée pour nous faciliter la vie peut très vite se retourner contre nous. Cependant, au-delà de cette question importante, une autre interrogation rythme le roman : où se trouve la limite qui sépare un acte juste d’un acte terroriste. Entre théorie et pratique il y a tout un monde, fait de nuances et de l’impact que toute action peut avoir sur autrui. Des paramètres calculés peuvent malgré tout mener une action que l’on croit maîtrisée au désastre. Si de bonnes intentions ont des effets délétères, qu’importe que la motivation première ait semblé juste. 
Benjamin s’est trouvé confronté à un homme qui, en voulant se faire justice lui-même, a choisi d’occulter complètement les victimes innocentes qui se trouveraient sur son chemin. Ne risque-t-il pas de dériver à son tour ? Et cette mère en colère qui veut frapper un grand coup pour dissuader des extrémistes d’embrigader des jeunes ne court-elle pas à la catastrophe ? Nous sommes tous responsables de nos choix et de leurs conséquences mais nous ne les maîtrisons pas toujours ; nous pouvons tous franchir la limite sans nous en apercevoir. En luttant contre des terroristes et des oppresseurs en utilisant les mêmes moyens qu’eux, ne devient-on pas à leur image, même si l’on ne souhaite pas engendrer les mêmes dégâts ?
Benjamin est un homme idéaliste, un rêveur qui a cru que son travail rendrait le monde meilleur et qui a réussi mais est également tombé de très haut. C’est un personnage émouvant, que l’on voit évoluer, en quête du courage qui lui permettra de couper l’herbe sous le pied de ceux qui pourraient détourner ses drones. Il y a bien sûr les souvenirs de sa tante, cette blessure intime qui demeure et les questions en suspens qu’elle a laissées. Cependant, c’est dans sa relation avec Stella, une fillette immobilisée dans l’attente de l’opération qui la fera peut-être remarcher qu’il est le plus touchant. Stella représente l’avenir, elle rêve de liberté et de voyages. C’est pour elle et sa sécurité que Benjamin trouve la force de lutter. À côté de cela, sa relation avec Tanya, la mère de l’enfant, paraît malheureusement un peu trop artificielle et ne m’a pas convaincue.
Ce fut une lecture intéressante et bien construite pour la réflexion qu’elle propose. J’ai déploré que les faits soient contés de manière assez clinique, mais cela ne dérangera pas les lecteurs qui préfèrent aller droit au but sans fioritures. Il m’a manqué un petit quelque chose d’indéfinissable pour m’impliquer davantage dans le sort des personnages, cependant c’est une perception toute personnelle.
Si vous aimez les fictions spéculatives qui s’intéressent au devenir de nos technologies en développement, les romans qui traitent de problèmes actuels et les personnages dont l’histoire personnelle se mêle soudain à quelque chose de plus universel, cette histoire devrait éveiller votre intérêt.

jeudi 14 novembre 2019

L'Échiquier de jade, Sorcières Associées T2

Un roman d'Alex Evans publié chez ActuSF.

Vous pouvez aussi lire sur ce blog les chroniques du premier tome et d'autres textes dans le même univers :
- Sorcières associées (ce roman a été réédité par ActuSF. Ma chronique porte sur une édition antérieure. J'ai également lu la nouvelle version qui n'a pas subi de changements majeurs, aussi mon opinion reste inchangée.)
- Une Collection d'ennuis (nouvelle gratuite)
- Le Temple des transactions douteuses (nouvelle gratuite)

Présentation de l'éditeur :
Tanit et Padmé, sorcières associées, ont du pain sur la planche : la confusion règne dans la cité millénaire de Jarta. En pleine période électorale, le gouvernement s’apprête à accueillir une délégation diplomatique de la plus haute importance. Mais des démons surgis à l’improviste sèment la terreur, tandis qu’un antique échiquier disparaît mystérieusement du palais du Consul. Membres d’une secte sinistre, médium étrange et nécromant renégat, tous semblent être à sa recherche. Tandis que leur enquête se révèle de plus en plus dangereuse, les deux sorcières s’interrogent... Quel secret cache l’échiquier de jade ?
Un roman à deux voix porté par des héroïnes de caractère, une enquête trépidante dans une cité métissée... L’imaginaire steampunk d’Alex Evans s’illustre une fois de plus par sa richesse.
Un échiquier de jade, à la fois précieux et magique, a été dérobé. La situation est d’autant plus délicate que l’objet devait être offert en guise de cadeau diplomatique. Ce sont nos deux sorcières, Tanit et Padmé, qui sont chargées de retrouver l’artefact, mais bien évidemment ce ne sera pas leur seule préoccupation. Entre rebondissements, trahisons et cas de conscience, ni les sorcières ni les lecteurs n’auront le temps de s’ennuyer !
Ce tome est à base de démons et de politique, mais n’est-ce pas toujours comme ça à Jarta ? Le retour de la magie est source de toutes les convoitises et les amateurs se soucient peu des conséquences tant qu’ils obtiennent ce qu’ils souhaitent. En outre, ceux qui ont fait de la magie leur métier commencent à s’interroger sur le rôle qu’on veut les voir endosser et leurs prérogatives.
Bien sûr, c’est un plaisir de flâner dans Jarta avec les sorcières, de voir cette ville hétéroclite en pleine mutation, entraînée par le progrès, autant scientifique que magique, qui tente de s’amalgamer aux traditions et aux nombreux cultes qui ont pignon sur rue. Si l’argent est le roi de Jarta, la diversité est sa reine. J’adore l’originalité de cette ville qui mêle les cultures et sort résolument du cadre très occidental qui fait la fantasy habituellement. De même, j’apprécie le mélange de fantasy et de steampunk qui donne son identité à l’ensemble. Et que dire des personnages hauts en couleur...
Padmé et Tanit sont deux femmes très différentes. J’aime le fait qu’elles soient amies alors que tout devrait les opposer. Leurs capacités autant que leurs personnalités se complètent bien. Ce roman est aussi l’occasion de les connaître un peu mieux. Alex Evans consacre quelques chapitres à leur passé. J’ai particulièrement apprécié cette incursion dans l’enfance de Padmé. Si j’aime les deux personnages, j’avoue avoir quand même une petite préférence pour cette dernière. Elle est certes plus posée et plus altruiste que Tanit, mais c’est surtout dans son rôle de mère que je la trouve plus attachante. Il n’y a pas beaucoup d’héroïnes avec enfant en SFFF et Jihane, bien qu’elle soit un personnage secondaire, a un rôle intéressant, elle n’est pas là pour rehausser le décor. J’espère qu’elle évoluera encore et qu’on la verra davantage utiliser son don.
L’Échiquier de jade est une très bonne suite qui développe son univers tout en possédant ses propres intrigues. On y retrouve tout ce qui a fait le charme du premier tome et des textes d’Alex Evans de manière générale. Il ne me reste plus qu’à attendre la suite...

mardi 5 novembre 2019

Ghost Hunters Show

Une nouvelle numérique de Tesha Garisaki, publiée chez Realities Inc.

La nouvelle est gratuite jusqu'au téléchargement des mille premiers exemplaires, alors profitez-en vite.

Cet éditeur publie tous les ans une nouvelle d'Halloween et c'est toujours un plaisir de les lire. Certaines sont chroniquées sur ce blog :


Élisabeth vit à Mannaz, capitale du surnaturel, elle est médium en cours de formation. Avec Vincent, son colocataire et superviseur, elle a pour mission d’escorter l’équipe de tournage d’une émission de télé-réalité dans l’immeuble le plus hanté de la ville.
Avides de manifestations surnaturelles, si possibles spectaculaires, les membres du Ghost Hunters Show sont prêts à tout pour faire le buzz. Bien entendu, ils sont tout sauf professionnels et pas du tout préparés à rencontrer de vrais fantômes. Tesha Garisaki a parfaitement rendu la mauvaise foi inhérente à ce genre d’émission.
En voyant ces chasseurs de fantômes et la façon dont ils opéraient, je n’ai pu m’empêcher de songer aux Ghostfacers de Supernatural. Se moquer de ces personnages arrogants est un plaisir. Sarah est particulièrement détestable. La nonchalance de Vincent face à cette équipe de branques est désopilante. J’ai aussi beaucoup apprécié le personnage d’Élisabeth et me suis dit que ce serait sympa de la suivre dans d’autres aventures à Mannaz. On se sent facilement proche de cette jeune femme.
Cette nouvelle est très agréable à lire, elle alterne les passages drôles et émouvants, une vraie friandise d’Halloween. C’est une belle réussite et je n’en attendais pas moins.

lundi 4 novembre 2019

Projet Dragon

Un recueil de Sébastien Mora, publié chez Realities Inc.

Présentation de l'éditeur :
Dans un monde marqué par les stigmates de la Domination draconique, le Drannyr est un pays dirigé par la RCE, une entreprise totalitaire. Bien que la pratique de la magie y soit interdite, l’ADN de dragon suscite de nombreuses convoitises.
Un prospecteur, des agents spéciaux et une adolescente en fuite voient leur destin bouleversé par la quête de cette ressource éminemment magique, et l’ambition des cadres et dirigeants de la RCE…
Un recueil de trois nouvelles, dont Un Héritage draconique, précédemment publiée dans l’anthologie Réalités Volume III.

Cet ouvrage, sorte de fix up, contient trois nouvelles formant un arc narratif. La première d’entre elles, Un Héritage draconique, a été précédemment publiée dans Réalités III et est un des textes de cette anthologie qui m’ont le plus marquée. Je me souviens m’être fait la réflexion que j’aurais volontiers lu un récit beaucoup plus long ou une suite à cette histoire. Je suis ravie que ce soit chose faite.
Ah le Drannyr… ses ruines des temps du règne draconique, ses contrôles permanents et son régime totalitaire, un pays entier propriété d’une entreprise aux pratiques pour le moins douteuses. Tout ça donne envie, n’est-ce pas ?
Avant leur extinction, les dragons dominaient ce monde qui porte encore les stigmates de leur règne. Leur magie — et parfois leur ADN — demeure dans certains membres de leur bétail humain. Ceux qui en sont dépositaires sont traqués par la RCE, cette entreprise si puissante qu’elle possède un pays entier et dont les ambitions sont sans limite. 
Dans la première nouvelle, que j’ai relue avec plaisir, un géomancien est engagé pour chercher des gisements de minerais. Mais ça c’est la version officielle. S’il pouvait trouver un ancien site draconique, avec de préférence des restes d’ADN exploitables cela serait quand même davantage apprécié… Notre géomancien, personnage sympathique au demeurant, n’a pas idée du nid de serpents dans lequel il est tombé, d’autant qu’une charmante jeune fille a su lui faire baisser sa garde.
C’est une chouette nouvelle, vraiment agréable à lire, et elle est aussi la moins sombre du lot. L’auteur est allé beaucoup plus loin dans l’exploitation de son univers avec la suite, nous démontrant combien la RCE est retorse. Il faut dire que des promesses de sérum de longévité, de super-soldats totalement dévoués à leurs dirigeants et de magie surpuissante feraient tourner la tête à plus d’un.
Le deuxième texte nous montre à quel point la RCE ne recule devant rien pour arriver à ses fins, mais c’est surtout la troisième nouvelle que j’ai le plus appréciée. On se soucie des personnages au fil des récits, c’est cependant celui de Claire, cette jeune géomancienne capturée par la RCE et qui leur sert de cobaye, que j’ai le plus aimé. Le titre de la nouvelle, Claire obscure, est particulièrement évocateur. La jeune femme est tiraillée entre sa rage et les valeurs que lui ont inculquées ses parents. Elle est en cela vraiment touchante et humaine. On tremble pour elle, on veut la voir s’en sortir sans pour autant perdre cette humanité qui fait d’elle un personnage si attachant.
Projet Dragon est une excellente lecture, intelligente et nuancée. On croise entre ces pages des géomanciens aux pouvoirs extraordinaires, des mages, des espions, des mercenaires, des scientifiques cinglés… Cela nous offre un habile mélange entre fantasy et science-fiction qui, bien qu’éloigné de notre réalité, n’est pas dénué d’implications morales propices à la réflexion.

mardi 29 octobre 2019

Délius, une chanson d'été

Un roman de Sabrina Calvo, publié chez Mnémos.

Présentation de l'éditeur :
XIXe siècle. Un poète assassin sème la terreur autour du monde, ses victimes sacrifiées aux cours d'horribles rituels floraux. Sur ses traces, Bertrand Lacejambe, un botaniste excentrique et son fidèle Fenby, elficologue amateur. Aux portes de la folie et de la magie, ils vont devoir braver les dangers de Féerie pour dévoiler la terrible menace que fait peser le Diadème sur nos rêves.
Délius, une chanson d'été nous plonge dans une fantasy victorienne étourdissante, dans un univers merveilleux et effroyable, au coeur d'une enquête délirante sur un ton souvent décalé.

Un mystérieux tueur, que la presse surnomme le fleuriste, abandonne sur son passage des cadavres et des fleurs. Une bande de bras cassés est à ses trousses, cependant, malgré toute la bonne volonté de ces gens, aucune piste valable ne se révèle. Ces fleurs inconnues que laisse le meurtrier les poussent à consulter un botaniste, l’excentrique Lacejambe qui saura peut-être démêler cette affaire.
Étrange roman que celui-ci. Délius, une chanson d’été est une histoire de fées, de musique et de meurtres... Ici, un botaniste est détective, un enfant possède une science féerique qui fait défaut à tous les autres et un assassin poursuit une quête obscure. Dans ce polar onirique, on se balade comme entre deux songes, à la lisière de la folie et de l’absurde. Le Merveilleux imprègne le récit. Un élan emporte le lecteur de scène en scène et la narration semble hachée au début alors que toutes ces pistes se télescopent. Des événements que l’on ne peut pas tout de suite relier, mais que l’on devine interdépendants, se succèdent et le récit nous ramène à chaque piste, chaque personnage, de plus en plus rapidement jusqu’à ce que tout s’éclaire et que les intrigues se rejoignent. Le roman forme en fait une spirale qui entraîne le lecteur en lui donnant l’impression de l’égarer, alors qu’il acquiert une conscience de plus en plus aiguë de là où l’on veut le conduire.
Pour faire une comparaison qui siérait à Lacejambe, ce roman tient plus du jardin à l’anglaise que de la forme française ordonnée et géométrique. On s’y perd volontiers, on découvre des secrets dans des recoins faussement laissés au hasard. Il est une expérience synesthésique où les sens se mélangent, on voit la musique, on sent les couleurs…
On est submergé par le nombre de personnages, entre autres un botaniste qui entend les fleurs, un compositeur qui voit les notes, un elficologue qui mélange rêve et réalité, le tueur et les gens qui le poursuivent, une jeune aristocrate à l’esprit acéré et même Arthur Conan Doyle. Fous, intrigants, lourdauds ou brillants et débonnaires ces personnages, qu’ils soient là tout du long ou fassent juste une apparition remarquée, volent en tous sens, comme attirés par une lumière dont on ne perçoit pas l’origine.
Lacejambe et Fenby, avatars de Sherlock et Watson sont deux personnages très intéressants. L’un obsédé par les plantes, l’autre par les fées, vous verrez qu’ils se sont bien trouvés et que leurs intérêts personnels ont plus en commun qu’il n’y paraît. Ils forment un duo attachant, la douceur de l’un contrebalance l’égocentrisme de l’autre. Le tueur, lui aussi, est un personnage fascinant, perdu, désespéré. On se surprend à tenter de le comprendre.
J’ai également apprécié les quelques apparitions de Doyle, qui ne sait pas qu’il est lié, même de loin, à un écho de son œuvre, de ce personnage qui a fait sa renommée mais qu’il déteste pourtant. Bien que présent par touches légères, l’écrivain a une grande importance dans ce roman.
Lire ce livre a été une aventure en soi, exaltante parfois, perturbante souvent. Il est difficile de savoir quoi en penser au final, quand ce qu’il en reste paraît si éthéré. Délius, une chanson d’été est un roman très poétique, tissé de la matière même des rêves. Il l’est également dans sa forme. Les épisodes s’entremêlent comme les tableaux d’un monde onirique, fantasque et merveilleux, ce qui laisse l’impression de l’avoir rêvé plutôt que lu.

samedi 26 octobre 2019

Drague interdite

Un roman de Sally Thorne, publié chez Harlequin.

Présentation de l'éditeur :
Darcy se sent piégée. Les dernières volontés de sa grand-mère sont très claires : si Darcy et son frère jumeau veulent toucher leur héritage, ils doivent rénover le cottage qu’elle leur a légué. Et qui son frère a-t-il choisi pour les y aider ? Tom, son meilleur ami. Un fruit défendu aussi connu sous le nom d’homme-idéal-crush-de-toujours que Darcy aimerait beaucoup croquer. Cela fait dix ans qu’elle s’arrange pour ne pas le croiser, car son frère a été très clair  : Tom est hors limites, impossible pour elle de l’approcher sans déclencher une guerre nucléaire familiale. À présent, elle va devoir cohabiter pendant des semaines avec lui et feindre l’indifférence sous le regard soupçonneux de son frère. Une torture. D’autant que Tom est toujours aussi sexy mais surtout… célibataire.

Darcy a vingt-six ans, un problème cardiaque et un manque de confiance en elle phénoménale. Elle a laissé tomber son travail de photographe pour être serveuse dans un bar, elle fuit à l’autre bout du monde à la moindre contrariété, mais il faut la comprendre, elle n’est pas aidée par ses proches… Ils la traitent, il faut bien le dire, comme une incapable. 
Petite, Darcy était celle que sa famille laissait à la maison avec sa grand-mère au moment des vacances, pour aller skier ou visiter Disneyland, problème cardiaque oblige. Alors forcément, en grandissant elle a développé ce caractère qui exaspère tant ses proches et surtout son frère jumeau. Tout un poème celui-là… Jamie est un connard narcissique qui passe son temps à la traiter de débile et de pute, mais ce n’est pas grave, c’est son frère, ça ne compte pas… 
Vous sentez mon agacement, n’est-ce pas ? Eh oui, ce qui aurait pu être un livre sympa qui aide à passer le temps entre deux rendez-vous médicaux s’est révélé une source inépuisable d’exaspération. J’ai particulièrement détesté Jamie. 
Elle est mignonne Darcy, elle a conscience d’être une petite conne trop couvée, mais c’est bien la seule qui assume ses défauts. Elle est amoureuse depuis l’enfance de Tom, meilleur ami qu’elle se dispute sans cesse avec son frangin, mais ne se trouve pas assez bien pour lui (il faut dire qu’on le lui rabâche). Et Tom ce cliché sur pattes, est bien gentil mais n’a pas assez de personnalité pour réagir. Alors forcément, quand ils se retrouvent en tête à tête pour rénover le cottage de grand-maman décédée, ça se tourne autour, ça se pose sans cesse les mêmes questions… Et ça pourrait être mignon, si ça ne devenait pas tellement lourdingue. 
Néanmoins, ce que je n’ai pas aimé dans ce roman n’est pas l’histoire d’amour balourde, c’est la façon dont cette pauvre Darcy est traitée : trahie par tout le monde, traitée au mieux comme une enfant, au pire comme une crétine… Mais ce n’est jamais grave, parce qu’elle aime ces gens. Tout va bien dans le meilleur des mondes, l’amour gagne toujours à la fin et il justifie tout. 
C’est dommage, ça aurait pu être l’histoire sympa et sans prise de tête que j’espérais.

mercredi 23 octobre 2019

Le Temple des transactions douteuses

Une nouvelle numérique d'Alex Evans, publiée chez ActuSF.

Vous pouvez aussi lire sur ce blog les chroniques de textes dans le même univers :
Une Collection d'ennuis (même personnage)
- Sorcières associées (ce roman a été réédité par ActuSF. Ma chronique porte sur une édition antérieure.)


Dans la dernière fournée de nouvelles gratuites publiées chez ActuSF, il y avait ce texte d’Alex Evans. Je n’ai même pas lu la présentation, je me suis jetée dessus et j’ai bien fait.
Quel plaisir de retrouver Vif-argent ! La jeune femme, que le lecteur a pu connaître et apprécier dans la nouvelle, elle aussi gratuite, Une Collection d’ennuis est de retour dans ce texte. J’aime beaucoup ce personnage et je déplorais la brièveté de sa précédente aventure ainsi que la fin abrupte de celle-ci. 
Le Temple des transactions douteuses n’est malheureusement pas une suite, mais offre néanmoins un très bon moment de lecture. L’action se déroule à une époque antérieure, quand Vif-argent exerçait encore son activité de voleuse. Elle avait déjà un truc avec les livres, puisqu’une nouvelle fois c’est par l’un d’eux que vont lui arriver les ennuis, mais peut-être aussi la fortune, si elle sait se montrer fine.
C’est un texte qui n’a pour but que de distraire un court moment son lecteur et c’est très bien comme ça. Alex Evans sait rendre ses personnages attachants, ce qui fait que l’on s’implique malgré la brièveté du récit. Comme je l’ai déjà fait remarquer, j’aime beaucoup Vif-argent. Je serai toujours ravie de la retrouver.
Ces nouvelles, que nous proposent régulièrement les éditions ActuSF, sont une bonne occasion de découvrir des auteurs et leurs univers ou de prolonger le plaisir de lecture d’un ouvrage que vous avez aimé.

lundi 21 octobre 2019

D'un bleu impossible

Un recueil de nouvelles de Zdravka Evtimova, publié aux éditions du Soupirail.

Présentation de l'éditeur :
Drôles, poétiques et insolites, ces contes et nouvelles dévoilent un univers où l'on croise tour à tour une vendeuse de sang de taupe, Maria, la bibliothécaire à la bouche énorme vêtue d'amples robes de seconde main, Sean métamorphosé en granite attendant sa belle, le chien fidèle d'Anna aux pas de pluie et la truculente Boriana spécialiste des couleuvres grillées, quelque part, du côté de Pernik... Un monde souterrain, de l'autre côté du miroir, comme le revers du nôtre.

J’aime les recueils de nouvelles. Il y a dans les textes courts une magie particulière, une maîtrise de chaque mot car, plus que dans les romans, l’auteur doit capturer le lecteur au plus vite, mais sans se presser. C’est tout un équilibre à maintenir pour pouvoir à la fin assommer le lecteur d’une révélation brutale, induire une réflexion ou, comme c’est le plus souvent le cas ici, lâcher dans le vide l’imprudent qui s’est égaré dans ces contes.
D’un bleu impossible offre le genre de textes dérangeants qui grattent votre esprit d’un ongle acéré et tenace. Ils mettent en scène l’âme humaine dans ses folies et ses cruautés. Ils ont en eux cette poésie de l’étrange qui sied au fantastique, bien qu’ils ne puissent pas tous se réclamer du genre.
Tantôt absurdes, flirtant avec le grotesque, tantôt aiguisées comme des lames qui savent toujours où frapper, ces histoires entraînent leur lecteur dans les tourments ou l’hébétude de leurs personnages. Ces derniers sont en proie à leurs obsessions, thème qui rythme le recueil comme un métronome, à la folie et à l’avidité.
Vous rencontrerez dans ces pages, entre autres bizarreries, une mère de famille qui entend l’océan derrière une page, un homme fasciné par l’appétit démesuré d’une femme, un monde où l’on ressuscite les gens à la chaîne plutôt que d’assainir l’environnement qui les tue, un chien appelé Pluie, un monde où il faut payer un impôt pour devenir humain, une foule toute prête à saigner une femme à blanc, des loups, des hiboux et des fous…
Entre malaise et effroi, j’ai parcouru ces récits comme on explore d’obscurs sentiers. J’ai été choquée, hantée, dérangée, dégoûtée parfois. J’ai cependant apprécié le voyage et regardé avec fascination se dévoiler toutes ces sombres facettes de l’âme humaine. Ce fut une intéressante découverte.
C’est un bel ouvrage et cela aussi dans sa forme. Cela peut paraître de peu d’intérêt pour certaines personnes, mais j’apprécie toujours un objet soigné, un texte dont son éditeur s’est préoccupé, et du beau papier.


tous les livres sur Babelio.com

lundi 14 octobre 2019

Le Phare au corbeau, Magie grise T1

Un roman de Rozenn Illiano, publié chez Critic.

Présentation de l'éditeur :
Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L'une a les pouvoirs, l'autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo. Une annonce sur le réseau social des sorciers retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu'un esprit nocturne hante le domaine d'une commune côtière de Bretagne et qu'il faut l'en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l'affaire sera vite expédiée. Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent sur la côte bretonne, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir. Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien garder enfoui...

Agathe et Isaïah sont exorcistes. Elle est medium, lui pratique le hoodoo, ainsi leurs compétences se complètent pour chasser les esprits récalcitrants. Cependant, Agathe souffre d’un grand manque de confiance en elle. Son pouvoir incomplet et le rejet qu’elle a ressenti depuis l’enfance sont des blessures toujours à vif qui ne cicatrisent pas avec le temps.
Agathe n’est pas au mieux de sa forme quand son ami et elle partent en Bretagne pour exorciser un manoir. Un fois sur place, la jeune femme ressent des sentiments très contradictoires. Elle sait immédiatement que cette mission ne sera pas comme les autres.
Le Phare au corbeau est avant tout l’histoire d’une malédiction, ancrée dans les pierres, nourrie de rancœurs et de superstitions. C’est un véritable nid de serpents qui attend nos exorcistes. Ils vont devoir démêler les peurs, les souvenirs, les légendes et, dans le cas d’Agathe, leurs propres blocages pour découvrir la vérité et chasser enfin les fantômes qui hantent le village. Leur enquête a été très plaisante à suivre.
Trois récits se tressent pour former cette histoire : celui d’Agathe, narratrice principale, celui de Gwennyn, une jeune medium ayant vécu à Landrez dans le passé et celui de Théophile, érudit parisien, qui avait élu domicile au manoir pour y terminer son livre et qui s’est jeté de la falaise, victime de la malédiction.
Accroché à leurs pas, le lecteur découvre petit à petit toutes les strates et ramifications de cette malédiction, qui se révèle bien plus complexe que ce à quoi nos héros sont habitués. En cela, la structure de l’intrigue est très bien construite et ménage le suspense. Cependant, Le Phare au corbeau est aussi un roman très humain, qui donne une grande place à la psychologie des personnages et à leur quête de rédemption. Il est plaisant de les découvrir au fur et à mesure. L’autrice a su les rendre très réels et cela fait toute la richesse de son roman.
L’esprit du lieu forge les gens et ceux-ci entretiennent l’esprit du lieu… L’aspect très personnel et humain du récit ainsi que la façon dont Rozenn envisage ses fantômes et les pouvoirs de ses personnages inscrivent cette œuvre dans un fantastique assez typique qui plaira aux amateurs.
Le Phare au corbeau est le premier tome d’une série, mais peut se suffire à lui-même.

vendredi 11 octobre 2019

L'Ours et le Rossignol

Un roman de Katherine Arden, publié chez Denoël dans la collection Lunes d'encre.

Présentation de l'éditeur :
Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa sœur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’est pas du goût de la nouvelle femme de son père, dévote acharnée, bien décidée à éradiquer de son foyer les superstitions ancestrales. 
Inspiré de contes russes, L’Ours et le Rossignol a su en garder toute la poésie et la sombre cruauté. C’est le premier roman de Katherine Arden.

Fortement imprégné du folklore russe, L’Ours et le Rossignol est un mélange entre fantasy historique, merveilleux, quête initiatique et saga familiale. 
Vassilissa, dite Vassia, est la cinquième née d’un seigneur du nord et d’une femme aussi sagace qu’indépendante. Sa mère meurt pour la mettre au monde et sa vie aurait pu commencer sous de sombres auspices. Mais Vassia, enfant désirée par sa mère, est choyée par sa famille, particulièrement sa gouvernante et sa grande sœur. Elle s’épanouit librement sur le domaine de son père, connaît la forêt par cœur et préfère imiter ses frères que rester à coudre près du poêle. Ayant la capacité de voir les esprits du foyer comme ceux de la forêt, elle perçoit le monde différemment, ce qui se révèle parfois avantageux, parfois dangereux. Ses aptitudes ne sont pas du goût de tout le monde, notamment sa nouvelle belle-mère.
L’ambiance est feutrée, le récit lent. Il faut bien cela pour voir Vassia grandir, prendre conscience de sa différence et faire ses propres choix. La jeune fille est plus qu’anachronique dans cette société où les femmes sont vouées au mariage ou au voile, vendues ou cachées, en somme. Si l’autrice a distillé quelques indices quant à l’ascendance de Vassia et de sa mère, Marina, j’aurais toutefois aimé en apprendre plus. Ce sera, je suppose, pour les prochains tomes.
L’influence du merveilleux russe est savamment dosée. Les éléments du conte sont là, parfois évidents, parfois en filigrane, souvent détournés. Ce fut amusant de les repérer. Cependant Katherine Arden nous conte une histoire personnelle, un apprentissage où finalement la fantasy reste accessoire. Et je garde le regret de n’avoir pas rencontré Baba Yaga…
L’autrice a néanmoins su se jouer des clichés qui accompagnent les contes, par exemple : la « méchante belle-mère » est plus nuancée qu’on pourrait le croire de prime abord. Elle est avant tout une femme en souffrance. Si elle était née comme Vassia dans un environnement qui l’avait aidée à prendre confiance en elle plutôt que stigmatisée, peut-être aurait-elle été une tout autre femme et pas cette petite chose apeurée qui cherche réconfort dans la religion.
Les personnages sont très développés et c’est avant tout une histoire intimiste. Ce roman met en scène la complexité des sentiments humains, jalousie, orgueil, mais aussi amour et abnégation… C’est aussi la confrontation de deux mondes dans cette Russie médiévale : la chrétienté qui veut régner sans partage et les vieilles croyances païennes. Vassia et sa belle-mère, toutes deux capables de voir les esprits, incarnent ce combat qui ne devrait pas en être un.
L’Ours et le Rossignol est un roman où l’intrigue semble assujettie à l’atmosphère. Elle est lente, précautionneuse, si bien qu’après tant d’attente la conclusion peut laisser un rien perplexe par sa simplicité. Elle est pourtant tout à fait adéquate.
Ce fut une lecture plaisante. Grande amatrice de contes, j’en attendais un peu plus, mais je me suis laissé bercer par ce récit et ne me suis jamais ennuyée.
Bien que premier tome d’une trilogie, ce roman peut tout à fait se lire indépendamment. Cela étant, je lirai volontiers la suite.

lundi 7 octobre 2019

Europunk

Une anthologie dirigée par Florent Lenhardt et Guillaume Parodi, publiée chez Realities Inc.



Présentation de l'éditeur :

J’appelle solennellement les auteurs de SFFF européens à qui le futur politique, social et culturel de leur(s) pays fait lever des sourcils inquiets ou pleins d’espoir, de se pencher ne serait-ce qu’un instant sur ce continent en ébullition où 500 millions de citoyens sont peut-être sur le point de faire un pas d’un demi-siècle en arrière. Pour le meilleur ou pour le pire ? A vous de nous en parler.
Que vive enfin l’Euro-Punk !

Florent Lenhardt

Un appel à l’Europunk, voilà ce qui a inspiré les auteurs des neuf textes contenus dans ce recueil. Sous la plume d’Olivier Boile, Jonathan Grandin, Romain Jolly, K.T., Geoffrey Legrand, Philippe-Aurèle, Mose Njo, Sandrine Scardigli et Jean-Marc Sire c’est à des avenirs impertinents, rebelles, sombres ou lumineux que cette anthologie vous invite, avec une dose de critique constructive et une autre d’insolence assumée !


Sommaire : 
  • Préface, Florent Lenhardt, Guillaume Parodi et Tesha Garisaki
  • L’Empire de Marbre, Olivier Boile
  • Siri mon Amour, Zuckerbook ma Patrie, Mose Njo
  • Europe sur la Rive, Sandrine Scardigli
  • 99.5, K.T.
  • Punk l’évêque, Philippe-Aurèle Leroux
  • Le Souffle du Taureau sur la Nuque, Jonathan Grandin
  • Dans tous les Coins de l’Hexagone, Jean-Marc Sire
  • Datalove, Romain Jolly
  • Neoropa, Geoffrey Legrand

L’Union Européenne… ce rêve qu’elle pourrait incarner et cette concentration de frustrations qu’elle semble nourrir à la place. Je suis née dans les années 80 et ma génération a été élevée dans l’idée que l’union européenne — à l’époque on parlait de communauté européenne — était une promesse d’ouverture. 
Ce qu’il en reste aujourd’hui est teinté d’amertume. Pourtant, cette union nous a apporté de bonnes choses, noyées cependant sous les récriminations. On voit la crise, l’émergence des nationalismes, une bureaucratie étouffante et souvent absurde… 
Cette union européenne fait partie de notre quotidien. Ses retombée sont présentes dans nos vies à des niveaux auxquels on ne prête même plus attention. Et c’est bien ça le souci : on n’y fait plus attention. Au mieux on l’ignore, au pire on n’en veut plus. Mais mesure-t-on les conséquences qu’aurait sa dissolution ? 
Le pourquoi de la situation est en soi intéressant. Si cette anthologie pose la question dans sa préface, elle en soulève aussi de nombreuses autres qui m’ont interpelée et, parmi elles, celle-ci : pourquoi la science fiction, terreau de tous les possibles et de toutes les réflexions sur l’avenir, ne s’est-elle pas, ou si peu, intéressée à l’Union Européenne ? Vaste sujet. Je ne m’étais jamais posé cette question et force est de constater qu’elle est troublante. 
Cette anthologie tente de compenser ce mépris, s’empare de l’Europe pour la faire sienne, la prendre en défaut ou montrer ce qu’elle pourrait devenir, de multiples façons. 
On navigue entre mythes fondateurs, inepties gouvernementales, futurs radieux ou incertains. On parle de monarchie, de contestation, d’espoir et de la jeunesse, bien sûr. Que serait l’avenir, et en particulier celui de l’Europe, sans la jeunesse ? 
Tout cela nous mène sur de nombreuses pistes, toute plus intéressantes les unes que les autres. 
Olivier Boile a choisi de nous montrer une Europe alternative où la Grèce dominerait. Belle mise en perspective, aussi grinçante que porteuse de réflexion. 
Sandrine Scardigli, quant à elle, fait contraster le mythe grec d’Europe avec l’Europe rêvée de la jeunesse et celle des colères qu’on tente de leur imposer. J’ai beaucoup aimé ce très beau texte. 
Dans 99.5 le lecteur se trouve projeté dans un futur glacé où l’Union Européenne, entourée de murs, doit se défendre contre une menace floue. Mais de quel côté vient-elle ? 
Punk l’évêque m’a amusée. Travaillant au sein d’un organisme qui dispense notamment des formations agricoles, je sais à quel point les normes européennes sont parfois absurdes quand elles quittent leurs jolis décrets imprimés pour être appliquées sur le terrain. En tout cas la comparaison est bien vue. 
Dans Le Souffle du Taureau sur la Nuque, un homme nous raconte son histoire et son Europe. La chute, saisissante bien qu’annoncée, fait à mon sens tout le contraste de ce récit. 
Dans tous les Coins de l’Hexagone met en scène les chasseurs. Ah, les chasseurs… Comment parler de l’Europe sans eux ? Critiquant sans relâche, mais toujours ravis de recevoir les subventions de l’Europe pour repeupler certaines zones d’oiseaux et joyeusement les plomber ensuite. Ou, il faut le dire aussi, pour entretenir des chemins abandonnés depuis longtemps par les communes et aménager des pare-feux… Ce texte, aussi grinçant soit-il, ne manque cependant pas de nuance. 
Dans Datalove, vous rencontrerez des migrants d’un genre particulier. Et si vous parvenez à ressentir de la compassion pour eux, comment ne pas la ressentir pour des humains ? 
Dans Neoropa on en revient à la jeunesse bien sûr. Elle est l’avenir, elle pourrait changer les choses alors autant conclure cette belle anthologie avec elle. Que ne ferait-on pas par amour ? J’ai aimé le côté très humain de ce texte où les motivations politiques côtoient l’amitié et le désir. Ce sont parfois nos aspirations personnelles qui nous mènent à écrire une histoire plus grande que la nôtre. 
Europunk regroupe d’excellents textes, originaux, intelligents et nuancés. Elle explore un bon nombre de problématiques actuelles et si la question de l’Europe, au sens large, vous interpelle — ou si elle ne vous interpelle pas du tout et que vous réalisez que c’est un problème — vous devriez la lire. Et n’ignorez pas l’excellente préface.

jeudi 3 octobre 2019

Les Ombres d'Esver

Un roman de Katia Lanero Zamora, publié chez ActuSF dans la collection Naos.

Présentation de l'éditeur :
Amaryllis a 16 ans et n’a jamais connu que la maison où elle est née, le domaine d’Esver, reculé, magnifique, mystérieux. Dans ce manoir qui tombe en ruines où elle vit seule avec sa mère austère, elle étudie la botanique avec l’espoir d’en faire son métier... Le jour où elles reçoivent une lettre du père annonçant la vente du domaine et le mariage forcé d’Amaryllis à un de ses associés, tout bascule. Pour échapper à ce destin, malgré les ombres qui hantent ses nuits, la jeune fille répondra-t-elle à l’aventure fantastique qui se cache derrière les portes fermées d’Esver ?
Katia Lanero Zamora est actuellement consultante en écriture à la RTBF dans l’unité fiction séries. Elle a notamment publié la trilogie des Chroniques des Hémisphères aux éditions Les Impressions Nouvelles et propose ici un somptueux roman aux accents gothiques.

Décidément, la collection Naos me séduit de plus en plus. Les Ombres d’Esver est une pépite. 
Tout commence comme un conte gothique, sombre, dérangeant, poussiéreux. Amaryllis est élevée à la dure par sa mère, une aristocrate déchue, dans un manoir vétuste. De santé fragile, la jeune fille n’a jamais quitté le domaine et est contrainte de prendre tous les soirs les médicaments que lui prépare sa mère. Cette dernière n’a qu’une ambition : faire de sa fille une botaniste comme elle-même rêvait de l’être. Gersande est une femme pragmatique, peu lui importent les aspirations de sa progéniture. 
La jeune fille est plus ou moins docile, mais rêve d’aventures. Elle grandit comme une pousse maladive dans cette maison en ruine, sous le regard sévère et l’attention sans faille de cette mère autoritaire, qu’elle aime pourtant. Les secrets de cette famille, autrefois respectée et prospère, semblent enkystés dans le décor comme en une chair malade. Amaryllis déteste la saleté car elle pense que les monstres s’y cachent, mais sa mère refuse de s’arracher au passé. Elles vivent donc au milieu des débris de celui-ci. 
Cependant les parents de l’adolescente ont chacun une idée très définie de l’avenir qu’ils lui réservent et leur opposition à ce sujet arrive à sa confrontation finale. Botaniste ou épouse soumise, que va devenir Amaryllis ? 
On ressent tout le poids de cette ambiance dans les descriptions, dans le délabrement du manoir, dans la détresse d’Amaryllis, surtout quand elle cauchemarde, dans le caractère irascible de Gersande. On se sent étouffer dans les premiers chapitres, mais cela ne dure pas. 
Le récit commence lentement, le temps que l’atmosphère lourde vous oppresse et vous capture, pour devenir un roman d’aventures, entre un réalisme pragmatique et un onirisme débridé. Mais quel monde est réel ? Amaryllis est-elle en train de devenir folle ? Les médicaments que sa mère lui concocte l’aident-ils à restaurer sa raison égarée ou l’affaiblissent-ils pour l’empêcher de s’enfuir ? Ce monde qui se superpose au sien est-il réel ? 
L’autrice sème des indices, mais s’amuse à égarer son lecteur. J’ai apprécié ce questionnement qui ne fait que se complexifier au fil des chapitres. Bien malin qui saura démêler le vrai du faux sans son aide avant le dernier quart du roman. C’est la richesse de ces symboles et cette oscillation permanente entre le rêve et la réalité, ainsi que la poésie délicate du style, qui font de ce roman un excellent récit Fantastique. 
J’ai lu la deuxième moitié en une après-midi, ce qui est très inhabituel pour moi, tant je voulais savoir ce qu’il adviendrait des personnages. Cette histoire est à la fois triste et belle, pleine de douleur, mais aussi d’espoir et d’amour. Ce fut une excellente surprise.

mardi 1 octobre 2019

Catacombes Ville

Un roman jeunesse de Pierre Brulhet, publié chez Séma.

Il s'agit de la suite de L'Enfant du cimetière.


Ce roman est la suite directe de L’Enfant du cimetière. On y retrouve les nouveaux personnages qui apparaissaient à la fin de l’histoire, mais aussi Yoann et ses amis fantômes. Le jeune homme va cette fois encore devoir les sauver d’un grand danger.
Si votre enfant a aimé le premier tome, il sera sans nul doute ravi de se replonger dans les aventures de Yoann. Toutefois, le récit est plus sombre. Si les gentils fantômes sont de retour, les méchants spectres le sont aussi et l’ambiance est plus pesante, le surnaturel plus prégnant. Il me semble important de le préciser pour les enfants qui sont un peu plus impressionnables que d’autres.
Ceci dit, il est plaisant de découvrir ce qui s’est passé après l’épilogue de L’Enfant du cimetière. L’auteur a trouvé un bon moyen de nous ramener auprès des fantômes tout en explorant la nouvelle vie de Yoann. 
Pour ma part, je trouve toujours le tout un peu cliché, surtout le personnage de la grand-mère que je n’ai pas du tout aimé. Cependant, étant adulte et grande lectrice, je suis aussi un public plus difficile.
L’atmosphère de ce roman est très feutrée, onirique, un peu absurde même par moments. Mais comme le précédent, la lecture est aisée. Les enfants qui aiment se faire peur apprécieront ce petit voyage dans l’autre monde.

dimanche 29 septembre 2019

Mes Petits Vampires : Blood is magic!

Un roman de Lia Vilorë, publié aux éditions du Petit Caveau.

Vous pouvez également découvrir les chroniques des tomes précédents :
- Vampires d'une nuit de printemps
- Vampires de sorcellerie

Présentation de l'éditeur :
Moi, Lía Fáil, j’ai beau être une Éternelle sans peur ni reproches, j’ai un gros problème d’ordre existentiel. Je vous explique : vous vous rappelez du Vampire ? Le papa éternel serial-killer-esque d’Amaël qui a fait la une des journaux de L.A cet été ? Eh bien, techniquement, je suis censée sauter de joie d’avoir été sauvée de ses crocs. Sauf que NON ! Hélas, même pas le temps de prendre en main ma dépression, ou d’encaisser l’Amaël 2.0 qui n’a même plus besoin de moi et me fait même des cachotteries. Nop ! Parce que 1 : le briseur de mon cœur est en ville pour vendre son œuvre, mon travail. Et 2 : en cadeau pour NOËL, Amaël (A-MA-ËL) essaie de ME couper la tête ! J’ai forcément dû faire un fumble épique quelque part entre les scénarios « Le vampire dont vous êtes l’héroïne » et « Une décapitation pour Noël » de cette maudite campagne vampirique.

Attention, cette chronique contient quelques informations concernant les tomes précédents. 

Ce fut avec grand plaisir que j’ai retrouvé les vampires de Lia Vilorë. J’éprouve pour eux une certaine tendresse et j’attendais cette suite impatiemment. 
L’autrice prend le temps de nous rafraîchir un peu la mémoire dans le prologue, ce qui n’est pas du luxe dans mon cas. Ma lecture du tome précédent date quand même d’il y a trois ans… Pour autant, je n’ai pas eu trop de mal à me replonger dans cet univers loufoque mais néanmoins complexe. 
Après les événements de Vampires de sorcellerie, Lía Fáil est affaiblie mais elle n’aura pas le temps de souffler pour autant. Sa relation avec Amaël n’est pas au beau-fixe et ses responsabilités de Maîtresse vampire sont lourdes à porter. 
Ce troisième tome est le pivot de la série. On bat les cartes et on redistribue. Ou plutôt c’est Max qui le fait. Ce roublard avait plus de coups d’avance qu’on pouvait le croire… Voir que les dominos qu’il a lui-même placés continuent de tomber bien après son départ est délectable et montre à quel point la série tout entière a été bien construite. J’ai d’emblée eu un faible pour ce personnage — certes manipulateur mais extrêmement brillant — et voir sa présence planer au-dessus de sa dernière disciple me console de sa disparition. 
Comme ses prédécesseurs cet opus est donc riche en révélations et en retournements de situations. On ne s’ennuie jamais avec cette série. Comme d’habitude, les personnages doivent résoudre un mystère et sauver leur peau. On ne change pas une formule gagnante. La pauvre Lía est attaquée de toutes parts. Elle se trouve enfin face à son passé et il est temps pour elle de s’en délester. Au grand plaisir du lecteur qui attendait cela. Mais aura-t-elle le temps de s’en préoccuper quand son plus fidèle allié pète les plombs ? 
J’ai apprécié le développement apporté aux personnages, Lía évidemment, mais aussi Gavin et des personnages plus inattendus. Bien entendu le roman est toujours plein d’humour et jalonné de références à la culture pop, ce qui contribue à le rendre agréable à lire. 
Je n’ai à déplorer que quelques coquilles, dont une assez drôle pour un roman vampirique. Mais bref, cela s’oublie vite quand la lecture est aussi agréable. 
Je ne me lasserai jamais de ces vampires et de la mythologie très personnelle et originale que Lia Vilorë a su créer et entretenir au fil des tomes. Cette série n’est jamais là où on l’attend et c’est ce qui fait son charme. 
Maintenant je veux la suite.

vendredi 27 septembre 2019

Moitiés d'âme, Chroniques des cinq trônes T1

Un roman d'Anthelme Hauchecorne, publié chez Gulf Stream.


Les Faëes ont disparu sans que l’on sache pourquoi. Elles ont déserté leurs cours, mais laissent dans leur sillage une forme de magie — mägerie selon le terme de l’auteur — que les humains pratiquent encore. Alors que l’étude de leur langage et de leur peuple est frappée d’anathème, les puissants s’arrachent leurs reliques et plus particulièrement les liances, ces bagues qui renforcent leur pouvoir. Cependant, cette magie n’est pas accessible à tous les humains. En outre, elle ne se pratique qu’à deux et dépend entièrement de la relation qu’entretient le couple, de son équilibre. Filer un sortilège seul expose à des risques, mais le filer quand on se déteste est pire encore. 
Dans cette Fantasy féerique qui rappelle notre moyen-âge, les aristocrates sont ceux qui possèdent le don. Et ils ne se gênent pas pour en abuser. Tout enfant qui naît avec est confié aux Maîtres ou aux Maîtresses de l’Art et il leur doit obéissance. Ainsi Liutgarde, qui possède la mägerie de Sève du Printemps, n’a pas choisi son époux, en revanche, elle a bien choisi de le fuir. Ce faisant, elle a rencontré un groupe de caravaniers qui lui a sauvé la vie et, avec eux, Rollon, dont elle est tombée amoureuse. Auprès de ces gens qui tous, à leur façon, fuient l’autorité des Maîtres, va-t-elle trouver une famille ou se perdre définitivement ? 
Dans ce roman, les obédiences et les intentions de chacun sont sujettes à conjectures. L’auteur prend un malin plaisir à vous égarer en même temps que ses protagonistes. Cette intrigue labyrinthique et des personnages très travaillés font tout le charme du roman. 
Quelles sont leurs véritables motivations ? À qui se fier ? Liutgarde, qui connaît si peu la vie, va devoir s’armer à ses dépens. D’autant qu’il reste une Faëe en ce monde, cachée dans une forêt à la sinistre réputation. Elle se nomme dame Hölle et elle a un plan. 
Aux amateurs de sombre féerie, de complots et de personnages retors, ce roman complexe est fait pour vous ! En outre, l’objet lui-même est superbe avec sa belle couverture, sa tranche travaillée et ses en-têtes de chapitres. C’est le genre de beau livre qu’on ne peut s’empêcher d’ouvrir. Vous vous sentirez tout de suite dans l’ambiance.