lundi 16 mai 2016

La fois où j'ai écouté ma mère

Un roman de Thierry Guilabert paru chez L'école des loisirs.


 

la_fois_ou_jai_ecoute_ma_mere

 

Je ne vous copie pas le résumé de l'éditeur car je trouve qu'il en dit trop.


La fois où j’ai écouté ma mère a paru dans la collection Médium de L’école des loisirs, soit pour les 12-16 ans, mais un lecteur plus âgé peut tout à fait apprécier à la fois le style délicat et la portée du récit.
Mila a quatorze ans, elle sait bien que ses parents connaissent des difficultés, mais elle peine à l’accepter. Elle se voile la face tant bien que mal, jusqu’au soir où son père frappe sa mère devant elle. C’était le coup de trop. La mère de Mila profite du fait qu’il est parti retrouver son copain de beuverie pour fuir avec sa fille. Leur périple les mènera aux Ouches, un hameau perdu dans la montagne où de vieilles femmes vivent en communauté. Là-bas elles pourront se cacher et retrouver leur équilibre.
Mila est la narratrice et l’auteur a su la rendre très vivante aux yeux du lecteur. Par sa voix, il conte avec sensibilité une période difficile. On la voit osciller entre la petite fille qu’elle est encore et la jeune femme qu’elle est en train de devenir. C’est très joliment écrit, avec pudeur et justesse. Mila a soif de vivre. Peu à peu, loin du monde, elle reconstruit les repères que son père avait commencé à détruire. Le bien, le mal, le vrai, le faux… Elle cherche à comprendre comment tout cela est arrivé et quoi faire pour aider sa mère. Celle-ci est à bout, elle agit comme un automate. Elle avait depuis longtemps perdu son indépendance et il lui a fallu tout son courage pour s’enfuir. Mais, auprès des veuves, elle va peu à peu reprendre du poil de la bête.
Ce roman très court, environ 160 pages, et très fluide, se lit en quelques heures. Il aurait peut-être même mérité d’être un peu plus développé, mais là c’est la lectrice adulte qui parle. Le récit est en fait plutôt contemplatif et introspectif, j’aurais voulu en savoir davantage sur le village et ses habitantes.
J’ai trouvé certains choix un peu cliché, mais le tout reste assez réaliste. C’est un bon livre. Il ne prend pas les jeunes pour des abrutis, il est très bien écrit et montre qu’il y a toujours de l’espoir, même au cœur des nuits les plus sombres. Cependant, l’espoir n’est pas tout, il faut aussi se donner la peine d’avancer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire