lundi 27 avril 2020

Ninu et la Mère des Vents

Un album pour enfants écrit par Francette Orsoni et illustré par Véronique Joffre, publié chez Syros.


Ce bel album très coloré revisite des motifs connus de l’univers du conte dans une jolie petite histoire pleine de douceur et de poésie. Elle met en avant de belles valeurs comme la ténacité, l’honnêteté et le partage. Dans cette histoire, il est important d’assumer ses fautes et de les réparer au mieux, mais sans culpabiliser à outrance le coupable.
Ninu est un petit garçon courageux qui part demander réparation à la Mère des Vents pour le saccage du champ de blé qui nourrit sa famille. En retour, il recevra un sac magique offrant du pain à volonté en attendant que le blé repousse, aidé par le Vent coupable.
Ce conte corse revisité — il s’inspire de l’un de ceux recueillis par Geneviève Massignon dans son anthologie des contes corses — a l’avantage de présenter aux enfants trois grands vents qui rythment les saisons sur l’île. La Mère des Vents, déesse tutélaire et bienveillante, est une figure positive garante d’équilibre. Le sac qu’elle offre à Ninu est un objet magique que l’on rencontre souvent dans les contes. Son pouvoir dépend d’une formule qui doit rester secrète et qui sera bien entendu éventée. Toutefois, Francette Orsoni a choisi une autre morale pour son conte que celles qui accompagnent d’ordinaire les récits de ce type. C’est une morale qui met en valeur une richesse immatérielle et une autre forme de partage.
C’est une bien belle histoire, une des préférées de mon filleul qui a aujourd’hui cinq ans.
Les illustrations sont superbes, rondes, tout en texture et couleurs vibrantes ou douces selon les pages.
Quelques formules magiques et chansonnettes en corse émaillent le texte, mais elles sont toujours suivies de leur traduction et, si cela vous intéresse, il y a la fin un petit guide de prononciation. Vous pouvez cependant tout à fait lire cette histoire à vos enfants sans être corsophone. Elle est destinée à un jeune public, je dirais entre trois et sept ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire