vendredi 4 février 2011

Baron, the cat returns

Par Aoi Hiiragi, manga one-shot publié chez Viz Graphic Novels pour la version U.S.

Initialement, l’idée de cet ouvrage est née du fait que le studio Ghibli voulait produire un nouvel anime qui reprendrait des personnages d’un de ses précédents films : Si tu tends l’oreille, également adapté d’un des mangas d’Aoi Hiiragi.
Baron : Neko no Danshaku, The Cat returns en anglais, nous a donné Le royaume des chats qui a eu un certain succès, même s’il n’est pas comparable à celui d’autres productions de Ghibli bien plus connues.
C’est un bel anime, sympathique à défaut d’être grandiose, très lumineux, agréable à regarder et même si le scénario pèche un peu par facilité, il s’en dégage une atmosphère onirique et joyeuse qui laisse un bon souvenir au spectateur, quel que soit son âge. On retrouve cela dans le manga.
Il était prévu que la version papier sorte chez Glénat. Maintes fois reportée, elle est finalement tombée aux oubliettes, ce qui est bien dommage et m’a fait me décider à lire la version U.S.
A noter également que Si tu tends l’oreille n’est pas non plus disponible en français, que ce soit en version anime ou papier et qu’il serait grand temps de réparer cette erreur… Mais ceci est une autre affaire…
L’histoire contée par le manga diffère quelque peu de celle de l’anime, elle est un peu plus poussée, voire plus claire et logique par certains aspects, mais les événements s’enchaînent de manière moins fluide. Cependant, c’est une très agréable lecture. Au final, les deux versions se complètent bien, mais j’ai de loin préféré ce que le manga nous laisse entendre à propos de l’histoire personnelle d’Haru et de Yuki.
Haru, le personnage principal, est une jeune fille rêveuse, maladroite et plutôt attachante qui, parce qu’elle a sauvé un chat se retrouve embringuée dans une aventure abracadabrante… Car le père du félin qu’elle a secouru est le roi du royaume des chats et qu’il a tout un tas de projets pour elle, projets qu’elle n’apprécie guère, ce pour quoi elle va aller chercher de l’aide au bureau des chats…
C’est là qu’entrent en scène Toto, une pie dans le manga, mais aussi Muta et Baron, respectivement un félin caractériel et une figurine de chat déjà croisés dans Si tu tends l’oreille. Il faut bien admettre que la version papier leur donne un peu moins de charisme que l’anime, mais ce sont de très sympathiques personnages. Muta est notamment très drôle.
C’est une histoire sans prétention, légère et farfelue, juste de quoi passer un agréable moment. Les amis des chats l’apprécieront tout particulièrement. Je crois qu’elle plaira davantage à un public plutôt jeune et féminin.
Les dessins manquent parfois un peu de finesse, ils sont quelquefois trop sombres ou trop clairs pour qu’on les apprécie vraiment et les chats ont souvent un air halluciné, ce qui n’est pas forcément un mal puisque ça ajoute au comique de l’histoire. J’aime bien la bouille d’Haru, ainsi que celles du roi des chats et de Toto par contre.
Il est vraiment dommage que ce manga ne soit jamais sorti en français, mais le vocabulaire est assez simple, même quand on ne comprend pas grand-chose à l'anglais c’est très facile à suivre, alors si vous avez aimé le Royaume des chats, n'hésitez pas à vous lancer dans cette divertissante, et un brin onirique, lecture.


Cet ouvrage a été lu pour le défi lecture ABFA et V&S de 2011.
C'est le premier dans la catégorie BD et manga.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire