mardi 22 mai 2012

La Dame Sombre, Les Damnés de Dana T1

Un roman d'Ambre Dubois, publié aux éditions du Chat Noir.

Présentation de l'éditeur :
Au pied d'un cercle de menhirs, une jeune femme aux cheveux et aux yeux couleur corbeau se réveille. Qui est-elle? Elle l'ignore. Où se trouve-t-elle? Elle va bientôt le découvrir…
En plein territoire picte, résistant aux envahisseurs romains, une tribu celte recueille la mystérieuse femme. Rapidement, elle va se trouver mêlée au quotidien de ce peuple, à ses légendes, à ses mystères et à ses désespoirs.
Le cercle de pierres sera-t-il la clef qui lui rendra son identité? A moins que ce ne soit le vampire qui la surveille dans l'ombre...

Qui est donc Mévéa ? Démone, envoyée des dieux ou espionne romaine ? Cette jeune femme que les chasseurs du clan de l’Aigle ont découverte, blessée et fuyant à travers bois comme si elle avait une horde de démons à ses trousses, ne se souvient plus de son identité ni de comment elle a pu arriver là. Or, il se pourrait bien qu’elle ait un rôle important à jouer pour les siens en cette époque troublée… 
Mais qui sont vraiment les siens ? 

Si c’est vraiment de la fantasy historique que vous voulez, ce roman n’est sans doute pas pour vous, mais si c’est une fantasy douce et vaporeuse, largement mâtinée de romance, que vous recherchez, alors vous serez comblés. 
Disons-le tout de suite, le côté historique m’a semblé peu travaillé et les réactions des personnages bien trop actuelles pour que je puisse y croire, alors je me suis concentrée sur la partie fantasy car celle-ci sonnait plus juste selon moi. Il s’agit d’une fantasy subtile à la magie diffuse, nimbée de mystère et pleine de promesses. 
Si elle me laissait assez dubitative au départ, j’ai finalement bien aimé l’idée de mêler des vampires à la mythologie celte. C’était bien amené et original. 
Globalement, c’est un roman plutôt plaisant à lire, bien qu’il ne soit définitivement pas le meilleur de son auteur. On sent vraiment l’écrit de jeunesse, dans le fond, qui est parfois un peu puéril, comme dans la forme. Le style serait plutôt fluide et agréable, s’il n’était gâché par de trop nombreuses coquilles et quelques maladresses langagières qui l’alourdissent. 
Si j’ai beaucoup apprécié la première partie et que je me suis au passage attachée aux personnages, j’ai quand même trouvé par la suite que l’histoire tournait un peu en rond, se répétant sans vraiment avancer. En outre, le badinage amoureux des personnages, qui prend bien trop de place tout en n’étant, il faut le dire, pas vraiment subtil, m’a très vite lassée. L’histoire est également un peu trop manichéenne pour moi, malgré quelques exceptions... On a les gentils païens d’un côté et les très méchants chrétiens de l’autre… J’ai été, de plus, un peu déçue d’avoir tout de suite deviné l’identité du traître… 
Heureusement, l’auteur sait rendre ses personnages attachants et donner à ses lecteurs envie de connaître la suite malgré les quelques détours faciles que prend l’histoire. Je ne doute pas que le second volume sera bien meilleur que le premier s’il tient les promesses de celui-ci. Alors, si vous cherchez un roman de fantasy douce teinté de romance, sans prise de tête ou excès de magie tape-à-l’œil, n’hésitez pas, la Dame Sombre vous offrira un agréable moment de lecture.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire