vendredi 15 novembre 2013

Elvira Time, Saison 1, Ep1

Elvira Time est un feuilleton numérique de Mathieu Guibé et Elodie Marze publié aux éditions du Chat Noir.
Pour cette saison 1 les épisodes suivants sont respectivement programmés en décembre 2013, puis en mars et juin 2014.
Une version papier est également prévue pour juin 2014.


*


Elvira Time

*


Elvira est une jeune fille de 17 ans sarcastique, tête brûlée et un peu désabusée. La vie n’a pas été tendre avec elle et elle en porte les cicatrices morales. Traquer et tuer les vampires fait en quelque sorte partie de son équilibre.
Quand on lit ce premier épisode, on pense inévitablement à Buffy et c’est vrai qu’il y a de ça. Le lycée, cette forme d’humour, ici un peu plus grinçante, mâtinée de culture pop, et évidemment l’ado chasseuse de vampires nous rappellent fortement la série. Elvira évoque Buffy dans la part la plus écorchée de cette dernière, mais me fait également penser à Veronica Mars. Cependant, si inspiration il y a, ce feuilleton et son personnage ont leur personnalité propre. L’auteur a su en faire quelque chose d’original et de sympa.
Dans le monde d’Elvira, l’existence des vampires est connue, on ne peut les tuer que s’ils ne sont pas enregistrés auprès de l’état et Elvira ne s’en prive pas. Cette héroïne, qui nous raconte sa vie à la première personne, est une jeune fille troublée. On sent la révolte qui sous-tend ses actes et son mal-être. Malgré ces instants où elle semble assez immature, comme on peut l’être à son âge, on devine qu’elle a dû grandir trop vite et que son humour, parfois un peu lourd (mais qui fonctionne bien ceci dit), sert juste à cacher ses fêlures. Elle m’a agacée parfois, mais c’est indéniablement un personnage cohérent et bien construit.
Tout en étant assez prévisible, cet épisode m’a plu. Parodique par moment, forçant le trait à desseins, il ne manque toutefois pas de profondeur malgré l’aspect caricatural des personnages. L’auteur se plaît à ridiculiser ces derniers, mais sait néanmoins les rendre attachants. C’est visuel, rythmé, on sait pourquoi on lit ce genre d’histoires et c’est pour cela qu’on l’apprécie.
Par contre, et là j’ai l’impression de me répéter et d’être une fichue emmerdeuse tant ça arrive souvent ces temps-ci, il y a vraiment beaucoup de fautes…
Enfin, au-delà de ce petit détail, la lecture est plaisante et la série prometteuse. Que vous soyez ou non nostalgique de Buffy, si vous recherchez un feuilleton sympa, pas prise de tête, avec de l’humour, des vampires et une structure assez proche d’une série télé, vous aimerez sûrement Elvira.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire