jeudi 19 février 2015

Hard de vivre

Un roman de Carmen Bramly publié aux éditions JC Lattès.


*


Hard de vivre - Carmen Bramly




Résumé de l'éditeur :
Ils sont six, entre seize et vingt-deux ans.
Lors d'une fête, une jeune inconnue coiffée d'une perruque arc-en-ciel meurt d'une overdose sous leurs yeux.
C'est une façon terrible de devenir amis. C'est une façon horrible d'entrer dans l'âge adulte.
Entre Sophie, la petite métisse qui n'a jamais vu sa mère, Johannes, le bel étudiant en psycho, et Pop, le fils de concierge aux aspirations littéraires, les choses deviennent d'autant plus compliquées que l'amitié vire peu à peu à l'histoire d'amour à trois…
Hard de vivre se déroule sur une année, pendant laquelle tout bascule, pour le meilleur comme pour le pire. La fille à la perruque arc-en-ciel les hante comme un cauchemar, comme un reproche. Errances, apprentissage à la dure, épreuves que seul un fol appétit de vivre permet de surmonter, c'est une Éducation sentimentale, une sorte de Jules et Jim, et ça se passe en 2014.



Entre ce roman et moi, ce fut un peu comme deux personnes qui se trouvent sympathiques de prime abord, échangent quelques mots et se rendent compte presque aussitôt qu’elles n’ont rien que des banalités à partager car le courant, finalement, ne passe pas. Il est bien écrit pourtant, un peu agaçant quand l’auteur se laisse emporter dans ses envolées lyriques, mais c’est son style bien à elle, elle y met de sa personnalité et ça me plaît. L’écriture est un peu bêcheuse derrière son côté foufou, un peu idéaliste aussi, vive, ça change de ces romans qui pourraient être écrits par n’importe qui tant leur style est aseptisé.
Par contre, le récit m’a ennuyée pendant… disons les trois quarts de ma lecture.
Ce roman est une réflexion sur le passage à l’âge adulte. Six jeunes gens se trouvent réunis un peu malgré eux suite au décès d’une fille en soirée. Le lecteur les suit toute une année, voit la façon dont ils se réconfortent les uns les autres, dont leurs vies se télescopent, s’entremêlent… Chacun gère le traumatisme à sa façon, entre culpabilité (plutôt égotique) et mal-être adolescent.
Ils sont six, néanmoins deux d’entre eux restent en marge, dans le décor, presque accessoires, servant surtout à créer une cohésion de groupe. Et il y a Bethsabée, élément perturbateur, en souffrance, à la fois louve solitaire et satellite qui, comme la lune reflète la lumière solaire, leur renvoie en permanence l’image de la fille arc-en-ciel qui les a macabrement liés. Au centre du récit se trouvent Pop, Johannes et Sophie, leurs angoisses existentielles, leur improbable trio amoureux… Ce sont des personnages à fort potentiel, mais ils ne m’ont pas intéressée.
Carmen Bramly brosse particulièrement bien les portraits de ses personnages, on voit qu’elle les a réfléchis, construits petit à petit. Seulement… Ces gamins sont exécrables. Morbides, prétentieux, pleurnichards selon le cas. En général, les romans de ce genre me ramènent à mon adolescence pour ce qu’elle fut, loin du monde rose bonbon des bisounours, mais ces jeunes gens-là m’ont juste fait réaliser à quel point j’en suis loin aujourd’hui. Je n’ai pas ressenti d’empathie, ce qui a contribué à plomber ma lecture. Bethsabée, la plus excessive du lot, a pourtant été la seule avec laquelle j’ai compati, elle m’a semblée la plus sincère dans son désarroi et je l’ai prise en affection. Pour les autres, le traumatisme est en grande partie une excuse. Toute génération est en proie à son propre mal-être, se croit différente, mais au fond rien ne change…
Les atermoiements amoureux du trio de tête sont clairement ce qui m’a le plus ennuyée. Le pire étant quand ils commencent chacun à leur tour à dire combien les deux autres sont merveilleux et égrener leurs qualités, en se répétant qu’ils ne les méritent pas… J’en aurais hurlé d’exaspération et je serais bien entrée dans le bouquin pour leur filer quelques coups de pieds au cul.
Je les ai suivi pourtant, jusqu’au bout de leur cheminement, j’ai acquiescé ou esquissé une moue peu convaincue parfois, mais n’ai pas refermé le roman avant d’en avoir lu la fin. Cette histoire ne m’a pas parlé, ne m’a pas non plus fait réfléchir, je n’en retiendrai que le beau style de Carmen Bramly et peut-être lirai-je un de ces jours un autre de ses ouvrages qui me correspondra mieux.



tous les livres sur Babelio.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire