mercredi 29 juin 2016

Échos obscurs

Un recueil de Denis Labbé, publié aux éditions du Petit Caveau.

echos-obscurs-denis-labbe
Présentation de l'éditeur :
Chevaliers désabusés, destinées obscures, mélodies surgies des profondeurs ou murmures du diable qui s’insinuent dans notre monde…
Denis Labbé, d’une plume ciselée, nous envoute par ses textes nimbés d’ombres et de fantastique, nous transportant d’un écho à l’autre pour mieux nous surprendre.
Entre personnages historiques et décors gothiques, veillez à ne pas perdre votre âme au détour d’une page…
Sommaire :
  • Armata de Strigoi
  • Car mon sang est de sève
  • Impair et passe
  • L’œil était là
  • Les papillons rouges
  • L'ombre de la montagne blanche
  • L’œil de jade
  • Tu n'es que poussière
  • Ils surgirent avec les vents du nord
  • Le reflet sur le mur
  • Le doigt coupé
Échos obscurs est un recueil de nouvelles fantastiques volontairement classique dans les thèmes comme le style. Vampires et créatures de la nuit, apparitions étranges, objets maudits et pactes démoniaques s’y côtoient dans de courts récits empreints de romantisme.
Dans ce recueil, on croise des écrivains et un peintre très connus. Certains sont juste évoqués, mais d’autres apparaissent en tant que personnages secondaires ou principaux. On sent dans ces textes de nombreuses influences, sans pour autant que celles-ci leur ôtent leur originalité. Il est évident que Denis Labbé connaît parfaitement les genres Fantastique ainsi que Gothique et qu’il en joue.
Certains textes m’ont plus marquée que d’autres. J’ai particulièrement aimé Les papillons rouges dont la structure et l’héroïne sont gothiques à souhait. L’œil était là est une nouvelle intéressante, mais plus en ce qui concerne son ambiance et ses personnages que pour la partie fantastique de l’histoire. L’œil de jade, plutôt original dans son genre, m’a beaucoup rappelé les nouvelles de Gogol et ses personnages compulsifs.
Beaucoup de récits sont écrits à la première personne, permettant une immersion dans les souvenirs et les émotions des personnages. Les fins sont souvent abruptes, ce qui est typique du genre, mais un peu trop aisé parfois. Je pense notamment à la première nouvelle, Armata de Strigoi, dont les choix narratifs m’ont laissée un peu perplexe.
En fin d’ouvrage, des notes précisent la période d’écriture des textes et ce qui les a inspirés. C’est une attention que j’apprécie toujours beaucoup car le processus de création de récits courts est souvent très intéressant et révélateur.
Dans Échos obscurs, les apparences sont trompeuses et les personnages voués aux tourments. Les amateurs de Fantastique apprécieront sans doute la balade dans ces textes un peu surannés, très XIXe siècle.

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas


CRAAA


sfff-diversite


Cette lecture compte pour le challenge SFFF et diversité dans la catégorie suivante :
– Un recueil de nouvelles SFFF

Aucun commentaire:

Publier un commentaire