lundi 6 mai 2013

A bloody melody

Une nouvelle de Maëlig Duval, publiée au format numérique chez NeoBook.





Paris, de nos jours. Au cœur du IVe arrondissement vit Lambros, vampire solitaire. À l'aide de sa caméra numérique, il filme sa vie. Son but : montrer ces images sur Internet, attirer ainsi l’attention d’autres vampires et briser son isolement. Il erre dans la ville, chantonnant au gré de ses humeurs, à la recherche de proies, mais surtout en quête d’un sens à l’éternité nocturne qui l'oppresse. Le trouvera-t-il dans les yeux d'Omar, qu’il n’ose aborder ? Ou auprès de l’étrange et inquiétant Marcelin Bonpoint… Après s’être frottée aux dragons, aux dieux et à l’Apocalypse, Maëlig Duval s’empare du mythe du vampire. Avec A Bloody melody, elle nous en propose une vision urbaine.



A bloody melody… ou la chronique d’un vampire ordinaire qui, comme les humains, peut se sentir seul et cherche un sens à sa vie. En effet, tous les vampires ne sont pas destinés à être Lestat ou Dracula et, si celui-ci en a conscience, il a quand même besoin de reconnaissance. Ainsi Lambros, ou quel que soit son nom, aime se prendre pour un cinéaste et partager ses vidéos sur internet. Cela est certes pour lui un moyen de chercher d’autres vampires et de rompre sa solitude, mais c’est aussi une façon d‘obtenir cette reconnaissance qu’il désire tant et, avec elle, une place dans le monde.
Cette nouvelle est assez introspective, entre les attentes de Lambros et ses angoisses qu’il nous conte sans faux-semblants ni larmoiement. J’ai beaucoup aimé le suivre dans son petit cheminement quotidien et ai trouvé très crédibles ses interrogations, ses ressentis et sa personnalité.
Maëlig Duval a créé un personnage très intéressant, un vampire « commun » qui ne manque pas de relief. J’apprécie toujours l’originalité dont fait preuve cet auteur. Elle a une façon bien à elle de percevoir les choses qui rend ses textes très sensitifs. Je me souviens encore avec émotion de la très belle nouvelle L’aquarium de Jules, in Contes du monde, anthologie que je vous conseille vivement, et de l’excellente novella L’après-dieux.
Son style est superbe, ce qui ne gâche évidemment rien. Il s’en dégage une certaine fraîcheur car il va droit au but, tout en étant élégant et subtile. Il s’adapte parfaitement à chaque histoire qu’il « révèle » comme le ferait un miroir, parlant d’esprit à esprit avec le lecteur et c’est très agréable. Maëlig Duval est définitivement un auteur à suivre.


Je vous invite à lire l'avis de Lune qui est plus mitigé, pour vous faire une idée.


logo3

Aucun commentaire:

Publier un commentaire