samedi 14 décembre 2019

Wicca - Le manoir des Sorcelage

Un roman de Marie Alhinho, publié chez Poulpe Fictions.

Présentation de l'éditeur :
De la sorcellerie, des esprits d'antan, un démon maléfique... Découvrez le quotidien de la famille Sorcelage !
Dans la campagne perdue du Berry, où vivent encore les créatures d'antan, les Sorcelage sont loin d'être une famille ordinaire ! Avril et Octobre, comme leurs ancêtres avant eux, pratiquent en secret la Wicca, une forme de magie naturelle et bienveillante. Lorsque le cercle de pierres magiques qui protège la région est brisé, ils doivent compter sur leur meilleure amie Nour et le feu follet H pour empêcher d'anciens démons de resurgir...
Avril et Octobre Sorcelage vivent dans un vieux manoir tout en grincements et passages dérobés, planté en haut d’une colline dans un petit village du Berry. Si Avril est une fonceuse, son frère est plus posé, mais ils partagent un trait commun : ce sont des sorciers, comme tout le reste de leur famille.
Les Sorcelage pratiquent une magie naturelle et bienveillante. Les pouvoirs d’Avril sont liés à la terre, ceux d’Octobre aux émotions. Pour autant, les deux jeunes gens sont des gamins comme les autres. Ils vont à l’école, ont une meilleure amie qu’ils aiment bien effrayer même s’ils lui cachent leur secret, en bref ils mènent une vie aussi normale que possible. Enfin, c’est le cas jusqu’à ce qu’un incident vienne bouleverser leur quotidien.
Ce roman est charmant parce qu’il est à la fois simple et original. Simple dans le sens où il ne cherche pas à vous en mettre plein les yeux avec une magie outrancière, les personnalités des personnages sont mises en avant, pas leurs dons, et il est original parce qu’il se déroule dans un cadre rural. On ne peut pas dire que ce soit monnaie courante et c’est rafraîchissant. On peut facilement s’identifier à ces jeunes ados. Avril a du caractère, mais des complexes, Nour est intelligente et timide, Octobre sensible et fantasque. Ce sont des personnages attachants et positifs. Ils commettent des erreurs et tentent de les réparer. Ils sont humains en somme et pas des parangons destinés à être admirés et inégalables comme on en trouve souvent dans la littérature pour la jeunesse. 
L’histoire est relativement simple, mais amusante grâce aux éléments magiques et aux créatures fantastiques qui la peuplent, et surtout elle porte de bonnes valeurs. Elle incite à la bienveillance, pas seulement envers les autres mais aussi envers soi-même. À mon sens, c’est une notion importante à l’adolescence.
Ce roman est le deuxième de chez Poulpe Fictions que je lis et certainement pas le dernier. Outre la qualité et l’originalité de leurs publications, j’apprécie les petites illustrations qui parsèment les pages. Cela a l’air superficiel et pourtant ça apporte un vrai plus, ça rend la lecture plus vivante. On a tous un jour griffonné dans les marges de nos cahiers et c’est cela que ça me rappelle.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire