mercredi 10 août 2011

La légende des Dames de Brocéliande

Ou le petit caillou.
Un album de Sandrine Gestin, publié chez Au bord des Continents.

C'est un livre qui plaira sans doute aux collectionneurs d'ouvrages sur la Féerie, mais qui ne sera certainement pas le clou de leur collection. Ceux qui en ont vu beaucoup ne lui trouveront rien d'exceptionnel et ceux qui ne sont pas des habitués de ce type d'albums feraient sans doute mieux de s'intéresser à d'autres qui sont plus aboutis et originaux.
C'est un assez bel objet-livre, ça il n'y a pas à dire, mais je n'ai pas été séduite. Peut-être parce que je ne suis pas particulièrement fan des illustrations de Sandrine Gestin, peut-être surtout parce que quand on a vu beaucoup de ce genre de livres on se laisse moins facilement charmer, d'autant plus que celui-ci rappelle beaucoup un de ses précédents ouvrages, mais en moins bien...
L'histoire, la quête initiatique d'une vieille femme, ne me semblait pas mauvaise au début, même si c'est un motif sérieusement rebattu depuis le temps. Et puis ça n'a cessé de verser encore davantage dans le cliché...
J'ai trouvé que tout cela sonnait creux. Je crois que c'est en grande partie dû à l'effet de l'alliance entre le récit et le style de l'auteur (car c'est un album avec beaucoup de texte, un récit illustré plutôt que des illustrations émaillées de mots). Si le style avait été plus vif, les défauts du récit auraient été moins visibles, ou alors il aurait fallut que le récit soit plus substantiel et ainsi le style l'aurait nimbé d'une certains grâce éthérée.
Dans les passages les plus travaillés, les phrases sont morcelées, à tiroirs, avec de nombreuses répétitions. Je comprends l'idée, à dire vrai je l'utilise souvent moi-même, c'est une façon de ciseler le texte tout en le rendant plus insidieusement prenant, comme une toile, ça donne, censément, une impression de poésie un peu mélancolique, parfois un rythme musical ou un phrasé délicat et parlé, voire chanté... Ici ça accentue l'effet palpable de la douleur du personnage, une douleur sourde et diffuse. Mais ça n'a pas marché avec moi, c'est tombé à plat et j'ai trouvé ça lourd, limite vide de sens tant ça devenait répétitif et usait de clichés éculés.
Les phrases semblent toutes faites, on devine facilement les mots qui vont suivre tant on a lu souvent ce genre de tournures...
Et puis il y a des incohérences, des fautes... Les passages les moins travaillés sont maladroits, se répètent encore davantage, renforce le côté quelconque du récit...
C'est dommage car certains aspects de l'histoire sont sympathiques (en ce qui concerne le début surtout) et le style aurait pu être plus léger, même si l'histoire est sans surprise, comme une brume froide, vaporeuse, à la fois agréable et dérangeante car elle vous montre le monde sous un autre jour, tout en vous glaçant jusqu'aux os. Mais non, pas moyen...
Néanmoins, cette impossibilité d'apprécier le récit à cause du style n'est pas ce qui m'a désenchantée le plus. La façon de raconter, c'est relatif du moment que je ne peux pas dire que c'est franchement mal écrit, je n'ai juste pas aimé... Mon problème majeur c'est plutôt qu'au cours de l'histoire s'insèrent des légendes plus que connues, avec une justification de leur usage dans le récit, mais franchement peu probante... Et je n'ai vraiment pas besoin qu'on me raconte de nouveau Tristan et Iseult, Mélusine ou la légende arthurienne. Entendons-nous bien, je suis de nature curieuse, je m'intéresserai volontiers à toute réécriture qui peut me sembler en valoir la peine, mais si c'est pour qu'on me résume en une page une histoire que j'ai lu mille fois sous diverses formes, désolée mais je pourrais tout aussi bien lire wikipédia et ce n'est pas du tout l'idée que je me fais de la lecture. Cela d'autant plus si le texte qui enrobe ces légendes est plus que banal et se termine de façon très prévisible dans un très agaçant délire lu et relu.
Les illustrations maintenant. Histoire de finir sur une note un peu plus positive et même si, comme je l'ai dit, je ne suis pas fan... J'ai plus apprécié que d'ordinaire le travail de l'illustratrice. Ses arbres sont magnifiques et j'aime assez la texture de ses couleurs, mais ce sont ses personnages que j'ai toujours moins appréciés, sauf exceptions. C'est peut-être parce que je n'avais pas depuis longtemps feuilleté un de ses ouvrages, mais j'ai trouvé son style quelque peu changé, un peu plus humain et accessible, même si c'est toujours très figuratif et parfois un peu naïf. (Et que tous les prétextes sont bons pour dessiner des rongeurs...)
Cette fois-ci certaine héroïnes ont trouvé grâce à mes yeux et j'ai particulièrement aimé le dragon, même si j'ai trouvé que le tout était un peu trop lisse.
Il est clair que pour moi ça ne suffit pas, mais je ne serais pas étonnée que beaucoup d'autres y trouvent leur compte.


Cet album est mon troisième et dernier dans la catégorie Mangas et BD pour le défi lecture d'ABFA et V&S.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire