mercredi 19 février 2020

American Gods

Un roman de Neil Gaiman, en version audio chez Audiolib.
Lu par Valentin Merlet.


Je vous épargne le résumé de l'éditeur, trop bavard à mon goût.

Ces temps-ci j’éprouve le besoin de revenir à des valeurs sûres et Neil Gaiman en fait partie. C’est ainsi que j’ai eu envie d’écouter la version française de American Gods produite par Audiolib et j’ai vraiment beaucoup apprécié la redécouverte de ce roman dans ce format.
American Gods est un grand roman, à la fois road trip et épopée moderne. Le postulat est simple : les immigrants ont amené leurs dieux avec eux, mais que sont-ils devenus sur cette terre hostile que sont les États-Unis d’Amérique ?
Ombre ne croit pas en grand-chose. Il finit de purger une peine de prison et espère juste retrouver sa femme et un travail dans la salle de sport de son meilleur ami à sa sortie. Cependant, cela ne va pas se passer aussi facilement. Entraîné malgré lui sur les routes, il va voir les mythes et légendes, anciens comme modernes, se mêler à une réalité plus triviale. C’est comme regarder un rêve à la lumière du jour, un peu absurde, parfois pas joli-joli, mais riche de symbolisme. Au bord de l’autoroute du progrès, les mythes prennent la poussière. Les dieux quasi oubliés sont réduits à vivre en marge tandis que de nouvelles déités émergent. Cela semble anodin ? C’est passionnant !
American Gods est une fantasy contemporaine comme je les aime. Gaiman est un conteur qui entrelace à la perfection le substrat des mythologies à l’évolution du pays pour créer une histoire qui peut parler à chacun. Il a construit une véritable épopée et fait d’Ombre un héros moderne, un homme qui ne demandait rien et qui s’efforce de faire de bons choix dans une situation dont il ne comprend pas toujours les implications. J’aime beaucoup ce personnage qui représente pour moi ce qu’il y a de meilleur dans l’humanité.
Gaiman a construit ce roman en épisodes, comme des parenthèses bienvenues dans l’arc principal alors qu’elles en sont les piliers. On y découvre l’arrivée progressive des dieux aux U.S.A. Cependant, mes passages préférés sont ceux consacrés à Ombre, surtout quand il est loin de son employeur car c’est dans ces moments-là qu’il est le plus lui-même. J’aime particulièrement son séjour à la maison des morts et toute l’intrigue qui se déroule à Lakeside. Je crois que même en sachant parfaitement tout ce qui va se passer, je ne pourrai jamais m’en lasser. Le fait de l’écouter permet en outre de se laisser bercer par le récit. Il fait partie de ces romans qui sont vraiment agréables à écouter car, comme je l’ai déjà dit, Gaiman est un conteur.
Laissez-vous porter par la richesse de cette histoire ou attrapez les indices au vol pour tenter de déterminer où l’auteur veut vous emmener, à votre guise, il y a plusieurs façons d’apprécier ce road trip. Dans American Gods l’ironie est mordante, le cynisme agressif, mais la magie, même foireuse, n’est jamais loin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire