mardi 3 mars 2020

Chroniques Verticales - Saison 2, épisode 6

Un feuilleton de Laurent Copet, publié chez Realities Inc.



Avec ce dernier chapitre, vient le moment de faire le bilan de cette seconde saison si riche en émotions. Si j’ai adoré la première, je dois dire que celle-ci est grandiose. De bout en bout, ces Chroniques Verticales m’ont passionnée. Laurent Copet y conte une aventure humaine de grande ampleur. Ses personnages sont fascinants. Ils peuvent à la fois vous choquer et vous émouvoir car la nature humaine est ainsi faite qu’un individu est capable du pire comme du meilleur. Cela est parfaitement rendu dans ce récit. On y rencontre des êtres inspirants, qui luttent pour leur survie autant que pour garder leur humanité, ainsi que d’autres qui se laissent plus facilement glisser vers la monstruosité et sont guidés par l’assouvissement de leurs pulsions. Pour autant, aucun personnage n’est totalement bon ou mauvais. L’être humain, dans des conditions extrêmes, se révèle à lui-même et c’est ce qui se passe ici. C’est ce qui, je pense, m’a fait lire ces chroniques avec une si grande attention.
Mais si les aventures des personnages m’ont passionnée, le monde dans lequel ils évoluent m’a aussi beaucoup intriguée. Depuis le premier épisode et ma découverte de la falaise ainsi que du clan, je m’interroge. Quelle est l’origine de ce monde vertical ? D’où viennent le clan et les créatures que le peuplent ? Et tant d’autres questions... 
Enfin, nous obtenons toutes les réponses qui nous manquaient et je ne suis pas déçue du voyage. L’auteur nous a glissé des indices au fil des chapitres et je suis contente de voir que je les avais attrapés au vol.
J’ai lu ces révélations avec fébrilité et les ai trouvées particulièrement bien amenées. La fin est peut-être un peu abrupte quand on s’est comme moi attaché aux personnages, mais je ne peux nier qu’elle est adaptée. Cet épisode est une excellente conclusion pour cette série qui restera gravée dans ma mémoire. J’espère avoir réussi à vous donner envie de la lire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire